Zinzin au pays des moviets par Julien DARVANT

Zinzin au pays des moviets est un peu la version 2020 de Tintin au pays des soviets, dans lequel Hergé envoyait son courageux personnage qui l’a rendu célèbre démonter les mensonges du régime communiste et ses faux-semblants, qui bernaient encore une partie de l’intelligentsia occidentale. Mais cette fois, ce n’est pas le régime rouge dont les mensonges sont mis à nu, mais ceux de cette démocratie dans laquelle nous vivons. L’auteur dépêche Zinzin et son double, Tartempion, derrière les décors de pâte et carton qui occultent notre vue.

Mais contrairement à Tintin, Zinzin n’est pas un reporter adulé pour sa témérité, c’est un sans-abri qui, pour pouvoir rechercher la vérité et la déclamer, s’est coupé du monde. C’est là le prix à payer pour une liberté réelle et complète.

Il ne se fait pas d’illusion et reste plutôt aigri par ses années passées au sein de la société. Il en ressort lucide, mais n’hésite pas à se déclarer « misogyne, misanthrope, aigri, méchant, incapable de ne pas mordre, raciste, antisémite, méprisant, méprisable, anti-démocrate, anti-communiste, fasciste, réactionnaire et j’en oublie ».

Zinzin

« On croit qu’on est normal parce qu’on est comme tout le monde, alors que c’est tout le monde qui n’est pas normal, et qu’on soit le seul à être resté normal est une anomalie qui vous tape sur le système et qui, à sa manière, vous rend anormal, mais ça ne vous réconcilie pas pour autant avec tout le monde, et on en vient à penser qu’on est effectivement l’anormal, et on perd sa vitalité, on sait plus où on en est. […] Il faut avoir le courage d’être l’anormal des anormaux, quoi qu’il en coûte, même s’il faut passer pour un fou, pour sauver sa peau. »

Le souci de respectabilité ne l’effleure pas même un instant et on le sent jouissif, à la manière de Céline, quand il se campe dans la provocation. Il reproche d’ailleurs au mouvement nationaliste d’offrir sans cesse des gages de respectabilité à ses ennemis, alors qu’il n’obtient rien en retour pour ses génuflexions constantes. Les « dissidents » modernes, sauf exception, adhèrent aux deux valeurs les plus en vogue de notre société : lâcheté et médiocrité. Là où il faudrait des hommes prêts à renverser les étals des vendeurs du Temple, on ne retrouve que des mous recherchant l’approbation de leurs ennemis.

« Aujourd’hui, nous dit-il, la réalité dépasse le délire le plus noir, alors il faut bien délirer pour s’approprier du réel. Tout est faux. Même les sourires les plus avenants sentent la merde. » C’est là le respect que lui inspire ce monde délirant auquel on peine malheureusement à imaginer une alternative.

Pourtant, il en existe. Le fait de vivre dans un monde niant la nature humaine n’est pas une fatalité. Il faut simplement commencer par se défaire des mensonges et des chaînes mentales qui nous retiennent pour parvenir à envisager un ordre naturel, catholique et respectueux de notre nature.

Et même s’ils ne se bercent pas d’illusions, Zinzin et Tartempion se font un devoir de justement défaire un à un les mensonges qui sont devenus des vérités ou du moins des dogmes. Toutes les grandes croyances du siècle, démocratie, matérialisme, mondialisme et autres, sont pourfendues de façon rigoureuse, quoique parfois humoristique, laissant l’empereur plus nu que jamais.

Le lecteur sera parfois perplexe, parfois secoué, mais rarement indifférent aux propos de l’auteur qui fait converser Tartempion et la Conscience de notre époque, aérant ces dialogues philosophiques par les soliloques de Zinzin, qui nous raconte tantôt des anecdotes démontrant l’absurdité du monde dans lequel nous vivons, tantôt la vie même de l’auteur et comment il est devenu cet écrivain pas tout à fait cynique.

Julien Darvant

Tartempion, Zinzin au pays des moviets, Reconquista Press, 2020, 284 p., 16,50 €.