Vous savez ce qu’ils vous disent les Gaulois réfractaires… par le RÉSEAU CITOYEN DU CERCLE NORMAND DE L’OPINION

Unelles et Abrincates de la Manche, Bajocasses, Viducasses et Lexoviens du Calvados, Esuviens, Diablinthes et Cénomans de l’Orne, Aulerques Eburovices et Veliocasses de l’Eure, Calètes et Bellovaques de Seine-Maritime, nos tribus gauloises, désunies et, certainement, encroûtées dans la routine et le conservatisme, furent vaincues par César. Et, tout en disant « Caecos ac Caesar ! (Merde à César !) », elles furent contraintes à se réformer pour devenir gallo-romaines comme les autres peuples de la Gaule.

595px-f07_alesia_statue_vercingetorix-0043

S’encroûtant sans doute à nouveau, elles furent obligées de s’ouvrir à des peuples allogènes, aux noms et aux mœurs étranges : Saxons, Goths, Alamans, Vandales et, surtout, Francs. On appela leur territoire la Neustrie aux contours mal définis… Subsista la Province ecclésiastique de Rouen, seule entité pérenne.

Les Vikings en firent la Normandie et, sous la férule d’un certain Guillaume, le peuple normand régénéré se lança dans la conquête de royaumes et de principautés, faisant montre d’une étonnante faculté d’adaptation.

Intégrée à son corps défendant dans un domaine royal qui comprit mal sa vocation maritime, la Normandie devint cependant terre de sapience et d’innovations dans tous les domaines : littérature, architecture, peinture, sciences et techniques… jusqu’au jour où on la démembra en cinq départements, puis, plus tard, en deux demi-régions.

Tout pouvait paraître perdu et, dans le puzzle des évolutions administratives quelques beaux esprits – réformateurs sans doute – pensaient en rattacher une partie à un Grand Ouest inconsistant et l’autre à un Grand Nord évanescent.

Réfractaires à une telle réforme qui, peut-être, eut satisfait bien des technocrates nichés à Paris ou à Bruxelles, les Normands se sont enfin retrouvés dans une Région Normandie reconstituée, se réveillant d’une torpeur confortable, mais mortifère.

La Région Normandie n’est pas très vaste, mais de dimension humaine, dont les limites sont les mêmes depuis plus de mille ans. Cohérente comme peu d’autres Régions de France le sont, elle s’organise harmonieusement en s’appuyant sur son patrimoine éblouissant, son identité retrouvée, son héritage historique, culturel, agricole et industriel prestigieux.

C’est à partir de cela que la société normande envisage son avenir. Elle n’est pas réfractaire au progrès, aux évolutions, aux innovations, mais elle tient à ses racines, à sa sagesse, aux permanences fécondes, à une certaine modération.

Après tout, « c’est son droit et elle s’y tient ! »

Réseau citoyen du Cercle normand de l’Opinion

D’abord mis en ligne sur La Normandie, d’actions et d’infos, le 4 septembre 2018.