Retraites : les contre-propositions par LA DISSIDENCE FRANÇAISE

Le 5 décembre prochain, la France risque de connaître une paralysie de ses activités en raison d’une grève quasi-générale tant dans le public que dans le privé à propos de la réforme des retraites envisagée par le gouvernement Macron – Philippe. Malgré les inévitables désagréments, il importe de soutenir ce mouvement social, car n’oublions pas que la retraite par répartition a d’abord été décidée par l’État français du Maréchal Pétain. Vouloir la supprimer ne serait-ce pas une manière de dénigrer encore plus l’action visionnaire de ce gouvernement ?

Par ailleurs, le 7 décembre 2019, la Dissidence Française et son dynamique président, Vincent Vauclin, organiseront à Paris une série de conférences avec Gabriele Adinolfi et Lucien Cerise.

La rédaction d’Europe Maxima

*

**

Malgré l’érosion constante du pouvoir d’achat et alors qu’une majorité de Français a le sentiment légitime de vivre un déclassement économique et social sans précédent, c’est un nouveau coup dur que se prépare à porter le gouvernement Macron au modèle social de notre pays, avec une énième réforme des retraites qui se traduira inévitablement par la baisse des pensions versées et l’allongement de la durée de cotisation.

Prenant prétexte de la lutte contre les déficits – alors qu’il consacre chaque année plusieurs dizaines de milliards d’euros à l’organisation de l’invasion migratoire de notre pays – et de l’allongement de la durée de la vie – alors que pour la première fois celle-ci stagne ou régresse pour certaines catégories de la population – le gouvernement Macron entend ainsi renverser l’équilibre social du système de retraites par répartition, et diminuer les pensions des futurs retraités par le truchement d’un système par point dont la valeur serait fixée chaque année par le gouvernement.

dissidence-francaise-europeennes-2019

Or, si le régime des retraites est effectivement déficitaire – et ce malgré une demi-douzaine de réformes successives qui prétendaient toutes, à chaque fois, rétablir son équilibre pour les décennies à venir – cela s’explique d’abord par l’accroissement continu du chômage et la diminution du nombre d’actifs cotisants qui en résulte, et par les gaspillages des fonds publics dilapidés dans une folle politique d’immigration et d’intégration.

Aux côtés des salariés, des fonctionnaires, des artisans-commerçants et des professions libérales, la Dissidence Française s’oppose donc résolument au projet inique du gouvernement Macron et propose une contre-réforme s’appuyant sur trois grandes mesures complémentaires :

  • mise en oeuvre d’un plan d’urgence pour l’emploi et la relance de l’économie réelle, par la lutte contre les délocalisations, la protection de nos entreprises face à la concurrence déloyale, et la fin du racket fiscal qui asphyxie les ménages autant que les PME-TPE, qui décourage l’initiative privée, l’innovation et l’esprit d’entreprise;

  • lancement d’un programme d’économies budgétaires massives de plusieurs dizaines milliards d’euros, par l’arrêt total de l’immigration, la suppression des prestations réservées aux immigrés en attente de régularisation, l’expulsion systématique des clandestins et des délinquants étrangers/binationaux, et la suspension de la contribution française au budget de l’Union européenne;

  • adoption d’un vaste projet de rééquilibrage fiscal par la suppression progressive de l’ensemble des prélèvements obligatoires et leur remplacement par une taxe unique sur les transactions électroniques et financières, ciblant particulièrement les grandes banques qui ont engrangé près de 70 milliards d’euros de bénéfices en 3 ans (soit 10 fois le montant du déficit du régime des retraites prévu en 2020).

Pour la France et les Français d’abord !

La Dissidence Française

D’abord mis en ligne sur Dissidence Française, le 25 novembre 2019.