Pour l’Artsakh par Georges FELTIN-TRACOL

Chers Amis de TVLibertés,

Le 27 septembre dernier, après plusieurs journées de manœuvres militaires conjointes avec les forces turques, l’armée azérie a lancé une offensive surprise contre la république indépendantiste d’Artsakh. Appelé aussi en Occident « Nagorny Karabakh » ou « Haut-Karabakh », ce qui signifie en turco-persan « Jardin noir montagneux », la république d’Artsakh couvre 11 430 km² et abrite environ 150 000 habitants. Le 2 septembre 1991, dans les soubresauts de la Perestroïka gorbatchévienne, la majorité arménienne chrétienne de ce territoire autonome s’affranchissait de la pesante tutelle de l’Azerbaïdjan turcophone de confession chiite. Il en résultait un violent conflit auquel participât l’Arménie ex-soviétique. Victorieuses, les troupes arméniennes libérèrent l’Artsakh et occupèrent sept régions azéries coincées entre le nouvel État séparatiste et l’Arménie, en particulier le corridor stratégique de Lachin (ou de Berdzor). L’exclave azérie du Nakhitchevan nichée entre le Sud-Ouest de l’Arménie et la Turquie parvint toutefois à expulser tous ses Arméniens. Depuis 1994, malgré la répétition plus ou moins fréquente d’incidents le long de la ligne de cessez-le-feu, le conflit était considéré comme « gelé ».

Avec l’accord plus ou moins tacite du président Erdogan, l’homme fort de Bakou, Ilham Aliyev, a donc relancé les hostilités. Fort des ressources en hydrocarbures de la Caspienne, l’Azerbaïdjan a modernisé son outil militaire et acquis des drones de guerre à Israël. Des conseillers israéliens ont formé bien des militaires azéris. Outre des considérations géopolitiques et économiques, Tel-Aviv n’a jamais apprécié la concurrence mémorielle arménienne.

Attentive à la crise au Bélarus, la puissance régionale russe constate le fait accompli azéri. Si Moscou livre des armements aux deux camps, son armée dispose de trois bases en Arménie, membre de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC). Le complexe militaro-industriel russe détient environ 5 % de l’industrie de l’armement arménien. Une défaite arménienne, partielle ou complète, marquerait la fin programmée de l’influence russe et son remplacement progressif par la Turquie.

Dès la reprise des combats, le dirigeant azéri a instauré la loi martiale et décrété la mobilisation générale. L’Arménie et l’Artsakh ont à leur tour répliqué en procédant de même tout en se félicitant d’une augmentation immédiate des engagements. Les affrontements sont féroces sur les terrains élevés et venteux du Petit Caucase. Dans le ciel, un SU-25 arménien aurait peut-être descendu un F-16 turc… Des drones azéries survolent Stepanakert, la capitale d’Artsakh, et violent souvent l’espace aérien arménien.

Karabakh

Si Erevan reconnaît seul l’existence de l’Artsakh, le parlement autonome de la province basque de Guipuscoa a néanmoins voté une reconnaissance officielle le 11 septembre 2014. Quelques jours plus tard, le parlement de la communauté autonome du Pays Basque adoptait une motion favorable à l’autodétermination de l’Artsakh. En France, le PCF a pris officiellement position en faveur de ce processus indépendantiste, le 31 octobre 2019. Pour compliquer la situation, la République islamique d’Iran a toujours assisté l’Arménie chrétienne et lui permet de contourner le blocus turco-azéri. De son côté, le président bélarussien Loukachenko a confirmé son soutien à Bakou alors que le Bélarus appartient aussi à l’OTSC.

Outre un inacceptable blocus vieux de vingt-cinq ans, la Turquie offre à l’armée de l’Azerbaïdjan des experts en armement de pointe et du matériel militaire. Ankara lui a aussi envoyé des terroristes islamistes de l’Armée nationale syrienne, déjà habitués à massacrer les Arméniens de Syrie, et d’autres racailles droguées recrutées sur le front libyen au grand dam, d’ailleurs, de certains prédicateurs religieux. La reprise de ce vieux conflit contredit le dogme cosmopolite de la « mondialisation heureuse ». Les parties combattantes défendent leur propre vision soldatique du monde. L’une repose sur l’idée nationale-populaire liée à une terre ancestrale. L’autre se fonde sur une conception étatique et régalienne issue du vieil ordre de la Terre.

Sentinelle orientale et caucasienne de la civilisation albo-européenne, le peuple arménien doit être aidé, soutenu et appuyé par l’ensemble des États européens, y compris ceux de l’Union supposée européenne. Or, la plupart des membres falots de ce club obèse et sclérosé ne veut mécontenter ni le reis turc, ni le dirigeant azéri. Ce dernier dispose en outre d’un puissant et efficace réseau d’influence en Europe occidentale. En septembre 2015, le régime azéri qualifié de « dictature » dans un reportage de l’émission de France 2, « Cash Investigation », poursuivait en diffamation les journalistes Élise Lucet et Laurent Richard. En novembre 2017, le tribunal correctionnel de Versailles jugeait la procédure irrecevable au nom de la loi sur la presse de 1881. Quelques mois plutôt, la même juridiction avait prononcé un non-lieu en faveur de l’ancien député UDI de la Loire, François Rochebloine qui avait traité ce régime d’« État terroriste ». Le centriste perdit néanmoins son siège aux législatives de 2017 au profit de la candidate macronienne qui sut pour l’occasion bénéficier de l’électorat d’origine turque dans une circonscription qui compte pourtant de nombreux descendants d’Arméniens.

Les nabots de l’Union dite européenne préfèrent sanctionner le Bélarus du président Alexandre Loukachenko à l’initiative du gouvernement droitard atlantiste de Varsovie, ce même gouvernement qui a interdit l’entrée dans l’Espace Schengen de l’essayiste réfractaire étatsunien Jared Taylor. Les plus fortes réticences proviennent de la Hongrie illibérale de Viktor Orban. Le tropisme touranien n’est pas une illusion. En fructueuses relations avec Ankara et Bakou, Budapest se range du côté de l’Azerbaïdjan au nom du respect des frontières et de l’intégrité du territoire. Cette justification diplomatique étonne quand on se souvient que le ministre-président hongrois, ancien étudiant subventionné de George Soros et vieux pote de notre cher Bernard-Henri « Botule » Lévy, a octroyé la citoyenneté hongroise aux minorités magyares de Transylvanie roumaine, de Slovaquie, de Voïvodine serbe, de Ruthénie subcarpathique ukrainienne, du Burgenland autrichien, de Croatie et de Slovénie.

Viktor Orban avait déjà accepté les stupides traités de libre échange avec le Canada et d’autres pays. Il avait auparavant autorisé en 2017 l’expulsion de l’avocat Horst Mahler qui croupit maintenant dans des conditions déplorables dans une cellule allemande. Cet équivalent germanique d’Hervé Ryssen a perdu sa liberté pour de simples recherches historiques contemporaines ainsi que pour des saluts tendus, anticipant les indispensables gestes barrières contre le « couillonavirus ». Le responsable hongrois donne donc un nouveau coup de poignard dans le dos de l’idée albo-européenne. Qu’en pensent les éternels cocus conservateurs de l’Hexagone qui ont les yeux de Chimène pour l’illibéral du Danube ?

Les patriotes européens connaissent pour leur part les enjeux. Ils comprennent que notre avenir commun se joue aux confins de notre continent. Ils ne peuvent pas par conséquent s’en détourner. Ils doivent au contraire prendre fait et cause pour la république d’Artsakh et son union inévitable avec ses vaillants frères d’Arménie. Pour les Européens de France, l’Arménie est notre autre Liban.

Bonjour chez vous !

Georges Feltin-Tracol

« Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n° 186 mise en ligne sur TVLibertés, le 13 octobre 2020.