« Police ! Vos fringues ! » par Georges FELTIN-TRACOL

En 2020, la tyrannie hexagonale emprisonne un écrivain condamné pour ses idées. Liberté pour Hervé Ryssen !

*

**

Chers Amis de TVLibertés,

Après l’oppression sanitaire qui impose le masque partout à l’extérieur et le despotisme intellectuel qui pourchasse les militants identitaires, condamne l’humoriste Dieudonné et l’essayiste Alain Soral et emprisonne le chercheur en ethno-psychologie dissident Hervé Ryssen, voici maintenant surgir la tyrannie vestimentaire.

Le 21 septembre dernier, Jean-Michel Blanquer, énième déplorable détenteur d’un ministère sinistré, réagit au port par des collégiennes et des lycéennes de tenues jugées incorrectes par des personnels de direction puritains. Ce n’est pas la première fois que le monde dit « éducatif » joue à la police des habits. Depuis plus de trente ans, les jeunes musulmanes sont exclues de leurs établissements scolaires parce qu’elles portent le voile ou le foulard. Ces mahométanes entendent vivre leur foi pleinement. Ainsi reconnaissent-elles implicitement leur profonde inadéquation aux vertus fondatrices de la civilisation européenne d’expression française dont les racines spirituelles sont à la fois païennes et chrétiennes. Ces musulmanes pieuses aptes à la « remigration » démontrent par leur présence l’inutilité du vivre ensemble mortifère hexagonal.

Plus récemment, pendant la crise des Gilets jaunes, policiers et gendarmes verbalisèrent pour des manifestations non autorisées tous les porteurs de vêtements de couleur jaune les samedis. Au moment de la « Manif pour Tous », des pères de famille furent envoyés en garde à vue pour avoir arboré un maillot de corps hostile à la loi Taubira. Faudra-t-il bientôt demander à la préfecture de police de Paris comment s’habiller ? Dans le même temps, une étudiante strasbourgeoise de 22 ans, Élisabeth, se fait insulter et frapper parce que sa jupe bien trop courte choque ses agresseurs. Les harpies féministes se contentent de crier à un nouvel « harcèlement de rue » masculin généralisé sans mentionner l’origine ethnique des agresseurs… Les gauchistes culturels devront choisir sous peu entre un féminisme nullissime et le délire multiculturaliste.

Tenue rep

Revenons à l’école. Confronté à des shorts et à des maillots qui ne couvrent pas le nombril des adolescentes, Jean-Michel Blanquer évoque une « tenue républicaine ». Le politiquement le plus correct prostitue l’adjectif républicain ». Emmanuel Macron vante un « patriotisme républicain », version hexagonale du piteux « patriotisme constitutionnel » théorisé par Jürgen Habermas. Ce « patriotisme républicain » avec toutes les valeurs funestes qu’il charrie ne peut qu’inciter les dernières personnes sensées qui souhaiteraient s’engager dans les structures de force (police, gendarmerie, douanes, etc.) à ne pas s’y risquer à moins d’attendre le moment idoine pour déserter.

La République hexagonale est le cache-sexe incantatoire de tout ce qui dysfonctionne en France. Un puissant dégoût franchement républicain pour le coup submerge tout honnête homme las de ce prêchi-prêcha infantilisant. Dorénavant, il importe de consommer républicain, de conduire de manière républicaine et, pourquoi pas ?, de satisfaire une miction républicaine, voire une défécation républicaine. En hommage aux mânes du très républicain marquis de Sade, on arrive même à infliger les ultimes outrages, forcément républicains, à Marianne. Bref, les injonctions de cette république hexagonale ne suscitent qu’un légitime vomissement… pour sûr républicain.

Au fait, qu’appelle-t-on une tenue républicaine ? Porter l’uniforme occidental décadent, un blue jean’s troué et déchiré ? N’est-il pas temps d’exiger des écoles, des collèges et des lycées, voire des universités, le port d’un uniforme très différent de celui du minable service national universel prévu ? Il y a plus de quatre-vingts ans comme d’ailleurs aujourd’hui, au-delà des Alpes, du Rhin, au bord de la Moscova ou au Nord de la péninsule coréenne, jeunes filles et garçons portent une tenue impeccable qui leur donne une fière allure…

Plutôt que de se focaliser sur un problème accessoire compréhensible en cette rentrée scolaire marquée par de chaudes températures, le ministère de la pseudo-Éducation dite « nationale » devrait s’émouvoir de l’emprise démentielle des marques publicitaires, des chanteurs de variétés et des influenceurs de réseaux sociaux auprès des enfants. Ceux-ci ne veulent-ils pas être « stylés » ? La réaction stupide du locataire de la rue de Grenelle relance en outre l’agitation féministe. Les plus revendicatives soulignent une inégalité de traitement dans les cours de récréation entre des demoiselles légèrement vêtues et des garçons en pantacourt et autres bermudas. Encore une polémique bien vaine !

On peut regretter que la France métropolitaine bénéficie d’un climat tempéré avec, parfois, des hivers rigoureux ou des autonomes pluvieux. Sinon, le gouvernement devrait sur le champ remplacer La Marseillaise par un nouvel hymne national écrit par le défunt philosophe Carlos, Tout nu et tout bronzé.

Bonjour chez vous !

Georges Feltin-Tracol

« Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n° 185 mise en ligne sur TVLibertés, le 6 octobre 2020.