Notre-Dame, notre combat ! par Thierry DUROLLE

L’incendie de Notre-Dame de Paris est une catastrophe. Une catastrophe pour les chrétiens, certes, mais aussi une catastrophe pour nous païens et pour tout Européen. Dans ces flammes terribles se consume une part de nous-même, que nos ancêtres avaient si péniblement, mais magnifiquement érigé. Notre-Dame, c’est l’un de ces monuments qui témoignent de la grandeur des Européens à l’instar du Padrão dos Descobrimentos à Lisbonne ou des Sverd i fjell de Norvège. Notre-Dame en flammes… C’est un bien triste spectacle que de voir cet édifice brûler, et où, il y a 6 ans déjà, Dominique Venner s’était dévoué tragiquement au sort de ses congénères. L’incendie de Notre-Dame est également symbolique : Gjallarhorn résonne toujours mais bien trop peu entendent son appel !

Que dire des réactions de l’ennemi intérieur ? Elles ne doivent pas nous surprendre. Mais elles doivent être utiles. Voyez quels sentiments animent tous ces braves gens que l’on nous a forcé à accueillir comme des frères ! Hospitalité n’est pas charité, elle-même ne devant pas, a priori, rimer avec stupidité. Et pourtant… Impossible pour nous, les Kouffar, les associateurs, les immondes païens, de ne pas pointer du doigt la politique de certains chrétiens, à commencer par ce pape qui aime tellement embrasser des pieds d’Africains… Les actes anti-chrétiens ne cessent de se multiplier. Parmi les responsables, on compte un certain nombre de « nouveaux venus ». Tiens donc ? Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. Le Père de Tout est décidément un sacré farceur !

Notre Dame 1

Cet épisode navrant doit nous rappeler que notre terre, notre peuple, sont indissociables du patrimoine, véritable jonction entre ces deux éléments. Le défendre fait partie de notre devoir. Que cela consiste à s’opposer à la construction d’un parking ou d’un supermarché en lieu et place d’un quartier historique d’un petit village, ou l’implantation d’éoliennes dans un bocage, nous avons fort à faire. Il en va de même, du point de vue des idées, où nous devons lutter sans cesse contre les promoteurs d’une laideur quasi-institutionnelle de notre époque, ou contre les tarés iconoclastes de tout poil. Et tâchons, à raison gardée, de ne pas tomber bêtement dans certains pièges, comme la victimisation à l’égard des chrétiens (le massacre de Verden ou la politique du coucou du christianisme avec nos lieux sacrés).

Dans son ultime lettre, Dominique Venner écrivit : « J’offre ce qui me reste de vie dans une intention de protestation et de fondation. Je choisis un lieu hautement symbolique, la cathédrale Notre-Dame de Paris que je respecte et admire, elle qui fut édifiée par le génie de mes aïeux sur des lieux de cultes plus anciens, rappelant nos origines immémoriales ».

Notre-Dame, notre combat !

Thierry Durolle

D’abord mis en ligne sur Terre & Peuple, le 16 avril 2019.