L’OTAN doit être dissoute par le Colonel Richard BLACK

Le colonel de réserve Richard Black révèle les vraies raisons de la survie de l’OTAN

Je suis très heureux d’être ici à la tribune de l’Institut Schiller, et je veux que vous sachiez à l’avance que j’y viens en tant que « superpatriote américain ». J’ai risqué ma vie des centaines de fois au combat.

Je suis donc très patriote, mais je suis très préoccupé par l’OTAN.

L’OTAN, à mon avis, représente une menace très sérieuse pour la paix mondiale. En fait, c’est la pièce maîtresse de l’État profond. En 1949, l’OTAN a été créée en tant qu’alliance défensive contre l’Union soviétique, qui avait une forte puissance nucléaire. L’Union soviétique, en réponse, a formé le Pacte de Varsovie, six ans plus tard, en 1955. De nombreuses années de Guerre froide ont passé. Heureusement, il n’y a pas eu de guerre nucléaire ni de guerre conventionnelle.

La Guerre froide a pris fin en 1991, lorsque l’Union soviétique a été dissoute et que le communisme a été définitivement discrédité. Le pacte de Varsovie a été dissous la même année.

Or, en 1991, l’OTAN n’avait aucun but pratique et aurait dû être dissoute. Sa dissolution aurait été une grande chose pour la paix dans le monde. Les perspectives de paix permanente sont très prometteuses.

La distance entre l’Allemagne et le cœur de la Russie était de plus de 3 000 miles, une grande zone tampon contre tout type de lancement accidentel de missile ou d’invasion hostile, d’une manière ou d’une autre. Ainsi, à cette époque, les perspectives d’une troisième guerre mondiale étaient extrêmement éloignées et c’était un très bon moment de l’histoire récente.

Un an plus tôt, en 1990, le président George H. W. Bush et la direction de l’OTAN avaient garanti que si la Russie n’intervenait pas dans la réunification de l’Allemagne, l’OTAN ne se déplacerait pas d’un pouce vers l’Est, en direction de la Russie, et celle-ci a accepté cet accord et l’a fidèlement respecté. Mais, l’OTAN a menti, et ils ont menti démesurément. Au lieu de tenir sa promesse, l’OTAN a agi rapidement, jusqu’à aujourd’hui, ils sont à 20 miles de la frontière russe. L’OTAN a donc avancé à peu près sur la même distance que d’un océan à l’autre aux États-Unis, de New York à San Francisco.

atlantique

Au lieu de dissoudre l’OTAN, l’Alliance est passée de seize à trente membres, et ils l’ont fait en présentant faussement la Russie comme la réincarnation de l’Union soviétique, ce qu’elle n’était pas du tout.

Maintenant, il est important de réaliser que la population de la Russie représente la moitié de celle des États-Unis et que son économie n’a que la taille de celle de l’Italie. Une bonne mesure du risque réel pour la Russie est que l’Allemagne, qui est la plus grande puissance industrielle de l’Europe, a évalué la menace d’une invasion russe comme étant si peu probable qu’elle a réduit le nombre de ses chars de 5 000 pendant la guerre froide à 200 aujourd’hui. Presque rien.

Aujourd’hui, Donald Trump a fait campagne pour se retirer de l’OTAN, parce qu’elle était obsolète, et il s’est engagé à normaliser les relations avec la Russie et la Syrie ; cependant, le problème est que cela aurait détruit la [raison d’être], la raison même de l’existence de l’OTAN et de l’État profond.

Et c’est cette raison principale, à mon avis, qui a fait subir au président Trump des coups continus, qui ont commencé avant son élection et qui ont culminé dans la fraude électorale massive à laquelle nous venons d’assister.

La fausse nouvelle d’une intervention russe dans les processus électoraux américains a mis le président Trump dos au mur. Il a été forcé de changer sa rhétorique anti-OTAN en une demande d’achat d’armes supplémentaires par l’OTAN. Ils l’ont fait et, bien sûr, cela n’a fait qu’exacerber la course aux armements entre l’OTAN et la Russie.

L’OTAN et le complexe militaro-industriel, tout l’État profond, qui emploie des millions de bureaucrates influents, dépendent de la perception par le public de menaces imminentes à leur existence. Des millions d’emplois liés à la défense sont concernés. Mais le fait est que, à l’exception de quelques escarmouches mineures à la frontière avec le Mexique, les États-Unis n’ont jamais été envahis par une nation étrangère depuis la guerre de 1812. À l’époque, nous étions une petite nation faible, et aujourd’hui, nous sommes un gros monolithe dans le monde. Le budget de la défense des États-Unis est si important qu’il dépasse aujourd’hui les dix plus gros budgets de défense de toutes les autres nations. Nous avons trois fois le budget de la Chine, quinze fois celui de la Russie et quarante fois celui de l’Iran. La marine américaine a un tonnage trois fois supérieur à celui de la Russie ou de la Chine. Leurs marines sont primitives : pourtant, nous disposons de onze énormes forces opérationnelles autour de porte-avions pour projeter notre puissance dans le monde.

Les troupes de la marine, l’infanterie de marine, sont une indice très parlant de la puissance d’une nation, de sa capacité à envahir d’autres pays par la mer.

Les États-Unis ont quinze fois plus de troupes navales que la Russie et huit fois plus que la Chine.

Ainsi, quiconque imagine que nous pourrions être menacés par une sorte d’invasion n’a qu’à regarder la taille du corps des marines américains. Et la taille de leurs forces navales et, par suite, de constater que c’est un fantasme.

Avec les États-Unis aux commandes, l’OTAN a opté imprudemment pour des mesures provocatrices contre la Russie, pour augmenter délibérément les tensions, faisant déployer à plusieurs reprises des missions aériennes avec des capacités nucléaires aux abords immédiats de la frontière russe, et juste avant d’atteindre celle-ci, ils décollent et se dirigent dans leur direction. Rien qu’au mois d’août 2020, elle a obligé la Russie à faire décoller ses propres avions pour intercepter ces bombardiers et ce, à vingt-sept occasions différentes.

Les provocations, tant navales qu’aériennes, sont devenues si provocatrices et si risquées qu’en 2019, le président Poutine a pris la décision de révéler son programme d’armes nucléaires hypersoniques, jusqu’alors secret.

Il l’a fait, non pas pour se vanter et impressionner le monde, mais pour éviter toute éventuelle action offensive contre la Russie. Il a ensuite annoncé qu’il allait armer la marine russe et la force sous-marine russe avec des missiles hypersoniques.

En l’absence quasi totale de zone tampon entre l’OTAN et la Russie, ces missiles, qui ne peuvent être interceptés, peuvent atteindre Washington ou New York depuis la Russie en une heure, et pour les missiles tirés par les sous-marins russes en haute mer, en quelques minutes. Ils peuvent littéralement anéantir toute la population de Washington ou de New York.

Il s’agit d’un danger extraordinaire auquel le peuple américain est exposé à cause de l’OTAN et de l’Etat profond. Il y a une chose qu’il faut comprendre : [la Russie ne veut pas la guerre]. Ils ne veulent certainement pas d’une guerre nucléaire. Et ils ne peuvent pas combattre les États-Unis et l’OTAN de manière conventionnelle. Mais les États-Unis ont démantelé tous les accords nucléaires, presque tous les traités de désarmement nucléaire.

Ils avaient été péniblement négociés pendant des décennies, et maintenant nous développons des armes nucléaires à petite échelle dont le seul but est de faire de la guerre nucléaire une réalité plus pratique.

Ainsi, l’OTAN, qui défendait autrefois l’Europe, mène maintenant des guerres agressives au Moyen-Orient et est sollicitée pour affronter la Chine et se joindre à cette entreprise, ce qui risque fort de se produire.

Chacune de ces expansions de l’OTAN soulève le spectre d’une guerre nucléaire. Si la troisième guerre mondiale éclate, elle tuera un grand nombre de citoyens américains, et l’OTAN sera tenue pour responsable. Le nombre de morts dépassera celui de toutes les guerres qui ont été menées dans l’histoire ! Il empoisonnerait la Terre avec des radiations. Cela provoquerait un effondrement total du commerce, des transports et de la production alimentaire. Cela pourrait anéantir complètement la civilisation.

Maintenant, il est important pour les Américains de comprendre la géographie du monde. Les États-Unis ont eu la chance d’avoir des océans de dimensions immenses sur leurs deux côtes : le Pacifique, l’Atlantique, qui s’étend sur plusieurs milliers de miles.

Nous ne sommes donc pas menacés. Aucune nation ne peut envahir les États-Unis, et à moins de menacer les autres, il n’y a absolument aucune crainte réaliste de voir éclater une guerre. Les Américains ordinaires ne tirent aucun profit des guerres sans fin que nous menons, sous l’égide de l’OTAN et de nos alliés. Et il est important de comprendre que lorsque le monde sera précipité dans une conflagration nucléaire, les hauts fonctionnaires et les oligarques mondiaux se réfugieront dans des villes souterraines préparées depuis longtemps. Mais le reste d’entre nous sera incinéré à cause de leur folie. Nous devrons alors remercier l’OTAN pour la disparition de la civilisation occidentale.

Merci beaucoup.

Colonel Richard Black

D’abord traduit et mis en ligne sur Euro-Synergies, le 29 décembre 2020.