L’heure en Europe par Georges FELTIN-TRACOL

Chers Amis de TV Libertés,

À 2 h du matin, ce dimanche 31 mars, il sera 3 h, suite au passage de la France et des autres États du continent européen à l’heure d’été. L’entité eurocratique décida par une directive de 2001 d’harmonier les dates du changement horaire, soit les derniers dimanches de mars et d’octobre, afin de faciliter les transports, les communications et les échanges. Or, en septembre 2018, l’ineffable Commission supposée européenne a publié une nouvelle directive fixant pour 2021 la fin possible du changement horaire saisonnier. Le texte laisse la décision finale aux États-membres d’adopter soit l’heure d’été, soit l’heure d’hiver. Il en a découlé une consultation facultative des Européens tant au niveau continental qu’à l’échelon national sur Internet.

Cependant, modifier ce changement bi-annuel et le confier aux États-membres suscitent d’inévitables divergences. En effet, le Portugal, Chypre et la Pologne réclament l’heure d’été du 1er janvier au 31 décembre. La Finlande, le Danemark et les Pays-Bas souhaitent, eux, une année entière passée à l’heure d’hiver. La France et l’Allemagne tergiversent comme d’habitude et dissertent sur ce choix cornélien. Si l’Hexagone se met à l’heure d’été, les Brestois verront le Soleil se lever à 10 h du matin, le 20 décembre. Si la France préfère l’heure d’hiver, le Soleil se couchera à Strasbourg vers 20 h 20, le 20 juin… Du fait d’une distance supérieure à mille kilomètres entre ces deux villes, l’écart solaire est presque d’une heure.

L’heure unique annuelle s’applique déjà en Turquie depuis 2016, au Bélarus, en Géorgie et en Arménie depuis 2012, et en Russie depuis 2014. Ankara a conservé l’horaire estival tandis que Moscou a gardé l’heure hivernale. Rappelons que du fait de son immensité, la Russie reste l’État qui cumule le plus grand nombre de fuseaux horaires successifs (11) et ce, malgré une tentative en 2010 d’en supprimer deux. Toutefois, c’est la France avec son vaste domaine maritime sur tous les océans qui compte 14 fuseaux horaires (la seule Polynésie française est traversée par trois fuseaux horaires).

Heure

Les États-Unis d’Amérique s’étendent sur six fuseaux horaires dont les limites ne coïncident pas avec les frontières administratives des États fédérés. Par exemple, dans la bande occidentale de la Floride à proximité de l’Alabama, la ville de Niceville a une heure d’écart par rapport à Miami. Mieux encore, les États du Dakota du Nord et du Sud sont traversés par une ligne de changement horaire. Vu le cadre fédéral étatsunien, chaque État fédéré est libre d’avancer d’une heure au printemps et de la reculer en automne, quitte à déplaire aux transports. La perspective d’une « mosaïque » horaire en Europe inquiète déjà les compagnies aériennes, ferroviaires et routières, ce qui est risible alors que tout se numérise et qu’on place autant d’espoirs fallacieux dans l’intelligence artificielle.

Les sondages qui mentionnent ce sujet crucial montrent que les Français pencheraient pour l’heure d’été annuelle (on voit bien là leur esprit jouisseur). Et si ce débat s’achevait en référendum ? Mais plutôt qu’un choix binaire (l’heure d’été contre l’heure d’hiver), pourquoi ne pas proposer aux électeurs hyper-motivés un bulletin pour le statu quo, un deuxième pour la seule heure d’été, un troisième pour la seule heure d’hiver et un dernier en faveur de l’heure solaire ?

Sans aller jusqu’à l’heure byzantine en vigueur dans quelques monastères orthodoxes du Mont Athos, l’Europe a suivi le rythme solaire pendant des siècles. Y revenir serait un bel exemple concret d’abandon de la Modernité. C’est en effet le rebelle américain Benjamin Franklin qui proposa en 1784 dans Le Journal de Paris de décaler l’horaire afin de profiter de soixante minutes supplémentaires d’ensoleillement. Personnalité rationaliste exalté typique des Lumières, Benjamin Franklin commençait ainsi un long et patient travail de sape des traditions européennes. Puisqu’il est maintenant temps d’éteindre les abjectes Lumières, passons enfin à l’heure du Soleil invaincu !

Bonjour chez vous !

Georges Feltin-Tracol

« Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n° 118, mise en ligne sur TV Libertés, le 25 mars 2019.