Le foot pour conditionner les masses par Vincent VAUCLIN

Le foot est aujourd’hui l’un des leviers principaux du soft-power mondialiste.

Les équipes européennes, et l’équipe de France tout particulièrement, sont majoritairement composées de joueurs africains ou maghrébins. Vous imaginez bien que ce n’est pas par hasard.

Ballon foot

Il s’agit évidemment d’une opération d’ingénierie sociale destinée à associer l’image de la France aux visages de l’immigration, d’abord aux yeux du monde mais surtout aux yeux des Français. Tous les spécialistes en marketing savent pertinemment qu’un conditionnement réussi s’appuie essentiellement sur l’association inconsciente entre une idée, un produit, et un état émotionnel propice à la suggestion. Quoi de mieux que l’émulation du sport, le sentiment d’unanimité médiatique, et l’engouement collectif autour de l’équipe nationale pour générer cet état émotionnel ?

Le sport a toujours été un outil de diversion et un levier d’action politique et psychologique.

D’ailleurs, les commentateurs occidentaux ne s’y trompent pas lorsqu’il s’agit des Jeux Olympiques organisés par la Russie de Poutine, où ils n’hésitent pas à pointer leur instrumentalisation à des fins politiques. Mais ce qui est vrai en Russie l’est aussi en Europe, et très curieusement nul ne s’aventurera à prétendre que le sport revêt aussi en Europe une dimension politique et sert essentiellement à la légitimation de la société multiculturelle.

C’est pourtant une évidence, et l’on se souviendra d’ailleurs de l’épisode de 1998 où la victoire de l’équipe de France fut largement associée à celle de la « France Black Blanc Beur », formule qui marquera durablement le langage médiatico-politique, synonyme de « métissage », de « vivre-ensemble », de « mixité » et d’autres conneries du même genre qui font le lit de la dissolution de la France.

Vincent Vauclin

D’abord mis en ligne sur Synthèse nationale, le 7 juillet 2018.