La théologie politique de la culpabilité blanche : Trump comme menace pour le narratif officiel de l’UE après la Seconde Guerre mondiale par Tomislav SUNIC

La période post-électorale des présidentielles américaines qui s’observe actuellement aux États-Unis a un grand impact sur la classe politique en Europe. D’un point de vue historique, ce n’est pas nouveau. Chaque homme politique en Europe sait que tout changement politique majeur aux États-Unis aura forcément, le lendemain, un effet sur sa propre politique et sur ses décisions, déterminera probablement la durée de sa carrière. Ce mimétisme pro-américain obligatoire parmi les hommes politiques européens tourne à plein régime depuis 1945.

Il n’est donc pas surprenant que les grands médias en Europe, soutenus par de hauts-fonctionnaires eurocratiques, à l’exception très timide de ceux de Pologne, de Hongrie et de Slovénie, s’appuient sur les médias américains dans un effort commun pour détrôner Trump et rendre son héritage nul et non avenu. La classe politique allemande, avec la chancelière Merkel au sommet du système européen, est à l’avant-garde de ce mimétisme anti-Trump et pro-Biden.

La bonne nouvelle pour certains – et probablement la mauvaise pour d’autres – est que tant aux États-Unis qu’en Europe, le fossé entre les dirigeants et les gouvernés se creuse, ce qui risque de les dresser les uns contre les autres : l’émergence de troubles civils devient un scénario très probable, en dépit de Trump ou de Biden. En Europe, non seulement les partis nationalistes de toutes tendances, mais aussi de plus en plus de citoyens ordinaires, en raison des réglementations bizarroïdes, toujours changeantes et aléatoires, en matière de confinement dans le cadre de la « pandémie » du covid-19, se méfient de plus en plus des décrets du Système, ne prenant plus au pied de la lettre les palabres sur la tolérance et les promesses d’un avenir multiculturel radieux. Beaucoup de gens en Europe aiment les mots de Trump – par défaut certes, et non pas par leur connaissance du fonctionnement du système électoral américain.

l-identite-croate-etat-des%a0lieux-etat-d-urgence

Il faut souligner que Trump était et reste une exception américaine à la règle habituelle du système libéral mondial de l’après-guerre. Comme on pouvait s’y attendre, le fait que Trump dénigre les grands médias et son image miroir, le Deep State, ne correspond pas du tout au discours libéral ou communiste antifasciste et postcolonial de l’après-guerre auquel tous les Blancs européens et américains ont été soumis depuis 1945. Contrairement à l’Amérique, cependant, les nations européennes ont une marge de manœuvre politique très mince, ce qui est largement dû à leur ancien passé colonial, autoritaire, totalitaire et antilibéral. Par conséquent, les politiciens européens d’obédience conservatrice et/ou nationaliste ne peuvent que compenser le poids de leur passé et échapper au terme obsédant de « fascisme » en adoptant un comportement de pénitent et en ânonnant des sermons auto-flagellants sur l’hypothétique culpabilité de l’homme blanc. Cette attitude d’effacement se traduit aujourd’hui, dans la pratique quotidienne et suicidaire, par une importation massive de jeunes migrants non européens, l’Europe entière devenant rapidement un hospice géant de Blancs repentants, à genoux.

La mentalité masochiste de l’homme blanc peut être directement attribuée à ce que l’on a appelé la « théologie politique d’Auschwitz », inaugurée dans l’après-guerre et fabriquée non seulement comme une arme idéologique dissuasive pour l’Allemagne vaincue, mais aussi comme un avertissement pour les anciens vainqueurs américains et britanniques. Dans cette optique, toute tentative d’approbation, pour des politiques du type de celle préconisée par Trump, par un quelconque haut responsable politique européen signifie qu’il court le risque d’être accusé de sympathies fascistes ou révisionnistes. C’est alors le baiser de la mort dans sa carrière.

Afin de saisir le pourquoi de la conduite obséquieuse des dirigeants européens à l’égard du Système, ou appelons-le l’État profond ancré dans la côte Est des États-Unis, il faut toujours replacer les choses dans une perspective historique plus large. Avec ses remarques critiques à l’égard des grands médias et avec sa rhétorique anti-immigration, Trump a sérieusement endommagé le narratif du Système et, en cours de route, a soulevé, sans même s’en rendre compte, des questions troublantes sur la légitimité de l’Ordre mondial établi au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

En Europe, le Système – c’est-à-dire l’État profond – a son principal appui en Allemagne. Étant le cœur de l’Europe, l’Allemagne d’après 1945 a été prédestinée à servir de modèle pour tous les futurs États membres de l’UE. Aujourd’hui, le gouvernement allemand fonctionne donc comme le porte-parole le plus bruyant de la rhétorique anti-Trump et pro-Biden. Étant donné la névrose fondatrice qui est à la base de la construction de l’État allemand après la Seconde Guerre mondiale, un tel comportement pénitent se comprend et s’explique. L’Allemagne a été conçue comme le nouvel exemple emblématique d’une ingénierie sociale et raciale de type multiculturel sociale réussie et alliée au mouvement antifa. Ce qui a donné naissance à des centaines de milliers de politiciens et d’universitaires auto-censurés, serviles et animés par un prurit expiatoire, tous ayant une peur mortelle que le moindre souffle de dissidence dans leurs propos puisse les faire disparaître de la scène publique. Dans la politique contemporaine quotidienne, les politiciens et les universitaires allemands doivent donc être constamment en alerte et s’efforcer, métaphoriquement parlant, d’être plus catholiques que le pape, c’est-à-dire être, plus que tous les autres, les sosies germaniques de Biden, être plus Biden que Biden et son équipe. Il en va de même pour tous les hommes politiques européens non allemands, bien que dans une moindre mesure.

Les termes empoisonnants que sont « fascisme » et « racisme » servent aujourd’hui d’outils idéaux d’autocensure en Allemagne, ce qui explique également pourquoi l’Allemagne a été, au cours des dernières décennies, et plus particulièrement au cours de la dernière décennie, le plus fervent défenseur de sa politique multiculturelle autodestructrice se manifestant par l’importation constante de migrants non européens.

Un autre exemple de l’alignement masochiste de l’Allemagne : tout récemment, le ministre allemand des affaires étrangères, Heiko Maas, a publié la déclaration suivante, en adoptant le mode d’expiation préventive typiquement allemande, et afin de contrer toute spéculation selon laquelle l’Allemagne pourrait un jour s’écarter du nouvel ordre mondial de l’après-guerre : « Je vais poursuivre le venin de l’extrême droite pour le salut de notre démocratie. (Ich will gegen rechtsextremes Gift für unsere Demokratie vorgehen). »

Un tel spectacle d’expiation à l’allemande et à l’européenne est une conséquence naturelle et logique du processus de lavage de cerveau, imposé par les alliés anglo-saxons dès la fin des années 1940. Ce processus se déroule dans les médias et dans l’enseignement supérieur, non seulement à l’Est, mais aussi à l’Ouest depuis 1945. Par conséquent, si Trump continue d’accuser les grands médias et l’État profond de malhonnêteté politique parce qu’ils biaisent la couverture des événements et dissimulent l’élection volée, il soulève inévitablement la question de savoir dans quelle mesure le système tout entier et son récit historique ont été véridiques, ou plutôt faux, au cours des soixante-dix dernières années. Trump était une menace pour l’ensemble du narratif de l’après-guerre en Occident.

L’ancien dissident et écrivain anticommuniste russe Alexandre Soljenitsyne écrivit, il y a longtemps, que nous « ne devrions pas vivre le mensonge communiste ». Eh bien, le temps semble être venu de poser la même question sur le mensonge du système libéral.

Tomislav Sunic

D’abord mis en ligne sur Euro-Synergies, le 22 décembre 2020.