Henri Frenay par Georges FELTIN-TRACOL

Bonsoir,

En ces temps d’hémiplégie historique – on débaptise la 203e promotion de Saint-Cyr qui porte le nom du général Georges Loustaunau-Lacau, chef de la Cagoule militaire (les réseaux Corvignolles), déporté à Mauthausen et héros de la Résistance; on refuse d’appeler un établissement scolaire de l’Ouest du nom d’Honoré d’Estienne d’Orves, officier royaliste mort pour la France en 1941 -, Henri Frenay ne rentre pas lui aussi dans le cadre pré-conçu de l’historiquement correct.

Né en 1905 à Lyon, Henri Frenay choisit le métier des armes comme son père mort pendant la Grande Guerre. Homme de droite catholique et nationale, ce dernier n’en était pas moins un défenseur d’Alfred Dreyfus. Devenu à son tour officier, Henri Frenay suit une formation au Centre d’études germaniques à l’Université de Strasbourg. Germanophone accompli et faisant de la géopolitique sans le savoir, il rédige un mémoire sur la situation complexe de la Haute-Silésie polonaise. Il découvre sur place les effets désastreux des traités de paix de 1919 – 1920, du principe révolutionnaire libéral des nationalités et d’une tenace germanophobie. Il prend conscience d’une autre réalité européenne, à savoir l’inadéquation de l’État-nation aux enchevêtrements ethniques propres à l’Europe centrale.

Rentré en France, il rencontre Bertie Albrecht, une protestante suisse divorcée féministe et antifasciste qui le met en relation avec des milieux de gauche, en particulier avec des Allemands exilés. Le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale ne surprend pas ce lecteur attentif de Mein Kampf. Après la défaite de 1940, Henri Frenay reste dans l’armée d’armistice en Zone Sud, espère dans le Maréchal Pétain et fonde un premier groupe de résistance : le Mouvement de libération nationale. Il publie en juillet 1940 un manifeste dans lequel il concilie sa volonté de libération nationale et son souhait de révolution nationale. Il impute avec raison le désastre que vient de connaître la France aux jeux politiciens stériles. Il passe même un temps à l’École d’Uriage près de Grenoble.

Frenay

Toutefois, il rompt progressivement avec l’État français, plonge dans la clandestinité et reconnaît enfin le Général de Gaulle comme le chef de la France libre combattante. Il anime une presse clandestine et d’autres mouvements de résistance tels Combat. Son ralliement à De Gaulle ne l’empêche pas d’exprimer ses réticences envers toute unification de la Résistance intérieure. Anti-communiste farouche et lié dès 1943 à l’OSS (la future CIA), Henri Frenay s’oppose à Jean Moulin qu’il devine philocommuniste. Dans les années 1970, une violente polémique l’oppose à Daniel Cordier, le secrétaire et hagiographe de Jean Moulin. Exfiltré de France, il rejoint Alger. Le Général de Gaulle le nomme alors à un poste ministériel écrasant, celui des prisonniers de guerre, des déportés et des populations déplacées.

Hostile au retour des habitudes politiciennes malsaines de la IIIe République sous la forme d’une IVe République, il participe à un petit parti politique, l’UDSR (Union démocratique et socialiste de la Résistance) qui compte dans ses rangs François Mitterrand et le jeune Julien Freund. Délaissant très vite la vie politicienne, il s’engage dans l’action européenne. Président de l’Union des Européens fédéralistes, il participe en 1948 au fameux Congrès paneuropéen de La Haye, applaudit le plan Schuman du 9 mai 1950, approuve la CECA et soutient le projet avorté de CED qu’il envisage comme le pilier européen intégré de l’Alliance atlantique.

Son biographe, Robert Belot, rapporte dans Henri Frenay. De la Résistance à l’Europe (Le Seuil, coll. « L’Univers historique », 2002) un échange capital entre De Gaulle et Frenay à Alger. « L’erreur capitale, le péché mortel devant l’Histoire serait de restaurer ces États dans la plénitude d’une illusoire souveraineté. Le libre droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, étant donné la mosaïque de peuples qui constitue le continent européen, doit être considéré comme l’une des causes principales de la guerre actuelle. […] La souveraineté n’est d’ailleurs pas une fin mais un moyen. Elle est le moyen de protéger les valeurs morales éternelles auxquelles un pays est attaché. Or à l’époque actuelle, la souveraineté se définit non seulement par une indépendance politique et militaire, mais encore par l’indépendance économique sans laquelle les autres formes d’indépendance ne sont qu’un leurre dangereux ». Le chancelier autrichien Metternich ne disait pas autre chose…

Henri Frenay se met en retrait au retour du Général de Gaulle en 1958. Il voit toutefois avec plaisir la réussite du Marché commun, l’élection en 1979 au suffrage universel direct du Parlement européen, le passage de Six à Douze États dans l’ensemble communautaire européenne et l’élection à la présidence de la République de son vieil ami François Mitterrand. En 1988, c’est d’ailleurs en sa présence qu’un hommage national est rendu à Henri Frenay quelques jours après sa mort dans la cour d’honneur des Invalides. Son parcours démontre toute la complexité d’une vie éloignée des schémas simplistes du manichéisme historique actuel.

Au revoir et dans huit semaines, le 29 janvier 2019 !

Georges Feltin-Tracol

Chronique n° 21, « Les grandes figures identitaires européennes », lue le 4 décembre 2018 sur Radio-Courtoisie au « Libre-Journal des Européens » de Thomas Ferrier.