Génération identitaire : message en défense par Franck BULEUX

Génération identitaire (GI), mouvement de communauté de jeunesse a été fondé en 2012 et s’est fait connaître médiatiquement initialement par une occupation d’un chantier de construction de mosquée à Poitiers, avant de participer activement, dans le cadre de La Manif pour tous, aux manifestations de protestations contre le démantèlement de la famille traditionnelle organisé par la majorité représentée par François Hollande. Loin d’être un simple mouvement politique, GI est un éveilleur de consciences, un lanceur d’alertes, d’ailleurs souvent reprises par les partis politiques de droite (RN, DLF, CNIP mais aussi l’aile droite de LR). Sans ambiguïtés mais sans exclusive.

Cette fondation qui n’a rien à voir avec un supposé « Bloc radical » comme le répète à l’envi sur les médias complaisants le guide du CRAN (Conseil représentatif des associations noires de France) ou l’ancien fondateur de SOS Racisme, Julien Dray, toujours cadre du puissant (sic) Parti socialiste (PS) qui parle, sur CNews, de la proximité idéologique du mouvement de jeunesse identitaire avec le polémiste Alain Soral. Quand on sait que c’est l’avocat de GI, Maître Gilles-William Goldnadel, au demeurant cadre du Centre national des indépendants et paysans (CNIP) qui a fait condamner ce même Soral, on pouffe de rire. Ces gens de gauche pratiquent systématiquement l’amalgame sans se préoccuper des réalités politiques. Est-ce de l’inculture ou de la mauvaise foi ? Probablement, un peu des deux.

Le combat de GI s’inscrit dans la défense in situ des valeurs et des traditions européennes, indiquant un ordre naturel de préférence à l’égard des populations : « Les nôtres avant les autres. » Le terme « avant » signifie l’application du principe de subsidiarité, bien connu dans le cadre des règles européennes. Le principe de subsidiarité dans un cadre national n’a rien d’offensant, ni d’affligeant et encore moins de stigmatisant. Si, dans une famille, un invité est présent (parce qu’il est convié, rappelons-le tout de même), c’est parce que tout le monde a déjà le nécessaire. Pourquoi le critère familial ne s’appliquerait-il pas au national. Idéologie nauséabonde (sic) ou simple bon sens de la part de GI ?

Au-delà de cette défense de la proximité face au mondialisme, GI défend aussi – et surtout – une conception enracinée de l’histoire. Son combat a commencé en 2012 dans le cadre de la défense de notre territoire face aux intrusions et autres invasions culturelles et humaines. Poitiers est un emblème bien entendu. Sans haine, ni violence (ni condamnation pénale), des jeunes de GI ont « occupé » le toit d’une mosquée en construction. Dans la France de Hollande (ou de Macron : « blanc bonnet et bonnet blanc » aurait dit, à juste raison, le communiste Duclos, évoquant ainsi le duel Pompidou – Poher du second tour de la présidentielle de 1969), ces gens ont mis en danger leur avenir. Pourquoi ? Parce qu’il y a eu des poursuites pénales et que l’inscription d’un délit sur un casier judiciaire vaut interdiction pour certaines professions. Réfléchissons-y et reconnaissons-leur ce courage. Tout le monde ne peut pas se vanter, par écrit, d’avoir eu des rapports intimes avec de jeunes enfants et devenir député européen, profitant d’absence de toute poursuite. Heureux, les (nombreux) bénéficiaires de la prescription judiciaire…

L’hystérie judiciaire déclenchée dès 2012 par la ministre Taubira, qui a fait long feu, a laissé place à l’hystérie politique. Darmanin, c’est Taubira en pire. Il ne s’agit plus de faire condamner tel ou tel individu en détruisant sa réputation, le livrant à l’opprobre professionnel et social, mais de mettre au ban toute une communauté d’idées, de débats et de combats. Le retour du bannissement.

SNGI

Pourquoi ? Voilà le nœud gordien, parce que ces jeunes ont voulu suppléer l’autorité légitime, celles des forces de l’ordre. Présents partout, utiles nulle part, sauf après 18h pour faire respecter le couvre-feu. En effet, les opérations de défense du territoire mises en place par GI, dans les Alpes, au printemps 2018, puis dans les Pyrénées récemment, se fondent sur le principe (légal) d’interdire à des clandestins (je sais, on doit dire « migrants » pour ne pas stigmatiser le délit de traverser une frontière sans visa) d’entrer illégalement sur notre territoire national. Pour une fois que des jeunes gens aident à faire appliquer des lois. C’est un peu comme si nos « racailles » allaient de barre d’immeubles en barre d’immeubles dénoncer les dangers de la drogue, mais cela n’arrivera pas puisqu’ils en vivent.

Le lecteur n’a pas besoin d’être convaincu sur la forme, la défense de l’intégrité d’un pays est essentielle à sa pérennité sauf s’il l’on souhaite sa dissolution. Dissolution, dissolution, vous avez dit « dissolution ». Oui, mais je parle, pour ce qui me concerne, de dissolution nationale, ce qui est hautement plus grave en matière de trahison que les faits soulignés par le ministère de l’Intérieur dans sa missive à GI.

Passons donc au fond, c’est-à-dire au juridique même si, dans cette affaire, nous avons compris que les incantations de Castaner (aile gauche de la macronie) et Darmanin (aile droite de la macronie) ont plus de poids que le droit seul. Le terme « milice » employé à tort et à travers vaut toutes les condamnations du monde.

Le problème purique est posé par l’article 73 du Code de procédure pénale (CPP) : cette norme légale indique clairement que dans les cas de crime flagrant ou de délit flagrant puni d’une peine d’emprisonnement, toute personne physique a qualité pour en appréhender l’auteur et le conduire devant l’officier de police judiciaire le plus proche. Or, en France, la loi prévoit que le fait de séjourner de manière irrégulière sur le territoire constitue un délit passible d’un an de prison, de 3 750 € d’amende et de trois ans d’interdiction du territoire. Certes elle est peu, voire pas appliquée du fait de la directive européenne « Retour » qui tend à l’évitement de l’emprisonnement mais ce fait n’en constitue pas moins un délit. Et je ne reviens pas sur le sujet des « passeurs » ou des « aidants » qui contreviennent aussi à la loi et sont passibles de correctionnelle.

La loi est appliquée de cette façon : si un citoyen interpelle une personne en flagrant délit et si cette dernière coopère de son plein gré, en acceptant de le suivre et reste libre de ses mouvements, il n’y a pas application de l’article 73 du CPP. Donc il n’est pas obligatoire de faire appel aux forces de l’ordre « immédiatement ». Dans ce cas-là, on voit bien l’importance d’avoir une caméra et un micro pour prouver que la personne interpellée était libre de ses mouvements et coopérait de manière volontaire. On peut penser ce cas rare mais il me semblait utile de l’évoquer.

Si vous interpellez une personne en flagrant délit qui ne coopère pas et que vous la retenez contre son gré, voire même avec force (ou avec un moyen coercitif : menottes…) – vous appliquez dans cette situation l’article 73 du CPP : le militant est donc dans la stricte obligation de faire appel sans délai aux forces de l’ordre (cf. article 73 du CPP et code de déontologie de la sécurité privée).

Dans les cas qui nous intéressent, il n’apparaît pas que les membres ou les sympathisants opérationnels de GI aient fait autrement que la stricte application de cet article.

Tout le reste n’est que politique. Notre gouvernement penche à droite et tend à perdre des électeurs sur son aile gauche, la dissolution de GI est une opportunité pour permettre aux bonnes volontés de se mobiliser, dès le premier tour de la présidentielle ou, à défaut, au second, en faveur de l’homme du « en même temps ».

Lorsque que François Hollande avait, entre deux défilés de La Manif pour tous, un peu de temps, son aspiration personnelle l’entraînait, casqué et botté, chez Julie Gayet. Quant à Emmanuel Macron, son passe-temps est de mobiliser les services des préfectures pour recenser et analyser tous les faits et gestes des militants et proches de GI. C’est un fait avéré en Seine-Maritime comme l’atteste le courrier du ministère de l’Intérieur au président de GI, visant à sa dissolution. Il faut le savoir, cette dissolution est prévue de longue date. L’approche de la présidentielle la rend urgente, quasiment indispensable. Il faut s’y opposer.

Franck Buleux

D’abord mis en ligne sur Synthèse nationale, le 20 février 2021.