Découvrir Louis Quiévreux (1902 – 1969) par Daniel COLOGNE

Originaire du Hainaut, le militaire de carrière et capitaine – commandant d’infanterie Joseph Quiévreux épouse Marie Josèphe Vandenoetelaar, une corsetière de la banlieue Ouest de Bruxelles. De leur union naît un fils prénommé Louis, le 15 mai 1902.

Louis Quiévreux obtient son diplôme d’instituteur à l’École normale Charles-Buls, établissement bruxellois réputé pour la formation des enseignants du niveau primaire.

Dès 1924, Louis Quiévreux abandonne l’enseignement et se dirige vers le journalisme où l’attend une fructueuse carrière sous son patronyme et sous le nom d’emprunt de Pierre Novelier.

À la faveur d’une place obtenue dans un concours organisé par La Dernière Heure, Louis Quiévreux est enrôlé par le quotidien bruxellois. Il y signe ses premiers billets, où il touche les sujets les plus divers, d’une campagne contre la vivisection à des comptes-rendus de procès retentissants en passant par des notes sur la vie bruxelloise. À partir de 1925, il devient un collectionneur acharné de tout ce qui se rapporte à l’histoire et au folklore de la capitale.

En 1946, Louis Quiévreux est embauché par La Lanterne (aujourd’hui La Capitale), autre quotidien bruxellois pour lequel il recense le procès de Nuremberg.

Durant de nombreuses années, les lecteurs de La Lanterne se régalent de la chronique journalière que Louis Quiévreux intitule « Ce jour qui passe » et où il évoque, dans un style mêlant harmonieusement l’humour, la nostalgie et le pittoresque, les multiples facettes du patrimoine populaire bruxellois.

Germaniste polyglotte maîtrisant le néerlandais, l’anglais et l’allemand, Louis Quiévreux donne des conférences sur les ondes de Radio-Munich, devient le correspondant européen de plusieurs journaux britanniques et travaille, en qualité d’European reporter, pour la National Broadcasting Corporation de New-York (1937 – 1940).

Sa connaissance de la langue de Shakespeare, dont il compile un certain nombre d’extraits, s’accompagne d’une spécialisation dans l’univers institutionnel britannique, auquel il consacre un de ses premiers ouvrages. Son inlassable curiosité intellectuelle plonge Louis Quiévreux dans les traditions artistiques d’Espagne. Il se taille une réputation d’érudit en matière de guitare espagnole et de flamenco.

Louis Quiévreux passe les vingt dernières années de sa trop brève existence à Uccle, rue Henry-Van-Zuylen, dans un chalet suisse du XIXe siècle. Il cherche désormais l’inspiration au pied de l’impressionnant tilleul qui se dresse au milieu du jardin.

Mais une autre maison est aussi chère à son cœur que le Mont des Arts au cœur de Bruxelles, pour reprendre le titre d’un de ses meilleurs livres.

C’est la fermette ancestrale de Frasnes-lez-Buissenal, le village hennuyer de sa famille. Rongé par la maladie, Louis Quiévreux lui rend une ultime visite vers la mi-octobre 1969. Ce dernier pèlerinage lui inspire un « billet poignant » (Le Peuple, 22 octobre 1969). « Au revoir, petite maison » paraît sous la plume de Pierre Novelier, dans Le Soir du lendemain de son décès.

Louis Quiévreux s’en est allé le 19 octobre 1969, avec sa coutumière discrétion, par un beau dimanche ensoleillé où l’inexorable déclin de la nature n’était perceptible qu’au travers d’un léger vent d’automne.

Le présent article est adapté de la revue Molenbecca (n°31, avril 2008). J’ai dépouillé le texte initial de tout ce qui se rapporte à l’histoire locale. J’en ai conservé la partie générale, intéressante pour notre lectorat, dans la mesure où Louis Quiévreux symbolise une quête identitaire citadine (certains quartiers spécifiques de Bruxelles) et revendique en même temps une appartenance à une Europe inscrite dans un triangle géographique pointé sur les Îles britanniques, la Bavière et l’Andalousie.

Louis Quiévreux illustre l’opulence méconnue du patrimoine littéraire de l’Ouest bruxellois, dont il a déjà été question ici même avec Robert Frickx-Montal et Eugène Demolder. Bruxelles, la Belgique et l’Europe : telles sont les trois patries (charnelle, historique et idéale) de Louis Quiévreux.

Après s’être illustré dans la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale, Louis Quiévreux entame un quart de siècle d’intense production littéraire, dont voici un aperçu (Flandricismes et wallonismes dans la langue française, L’Île anglaise et ses institutions, The best extracts from Shakespeare, Guide de Bruxelles, Recueil d’histoires sur le folklore bruxellois, Dictionnaire des dialectes bruxellois, Histoire des enseignes bruxelloises, La belle commune d’Uccle, Les Impasses de Bruxelles [en collaboration avec Robert Desart], Anthologie de Courouble, Marolles, cœur de Bruxelles, Le Mont des Arts cher à nos cœurs, Des mille et un Bruxelles, Bruxelles, notre capitale). Les informations complémentaires sont les bienvenues concernant les maisons, les lieux et les dates d’édition.

Daniel Cologne