De la servitude universelle… par Claude BOURRINET

L’émergence, dans la France chloroformée par des lustres d’endoctrinement, de discours émollients, et de délires idéologiques, d’un mouvement contestataire protéiforme, qui se décline par des manifestations impressionnantes, des opérations spectaculaires de dénonciation, des actes de résistance, a encouragé la prise de parole de Français, longtemps tenus de se taire et de souffrir en silence.

George Feltin-Tracol est l’un de ceux-là. Il nous propose régulièrement des analyses pertinentes sur notre monde, passe au peigne fin, si l’on ose dire, la question du contrôle de la société par les puissances étatiques, financières, médiatiques, dont l’objectif est d’instaurer un État mondial de tonalité totalitaire. Son ouvrage, En Liberté surveillée, remarquablement documenté, se veut, en même temps, une chronique des prémisses d’une « mise au pas » de la société française par un régime qui n’a plus aucune espèce d’inhibition « démocratique ». Les résistances multiformes, que tout le monde a en mémoire, et qui témoignent de la richesse plurielle (terme adéquat, cette fois!) de la lutte populaire, par exemple les manifestations contre les spectacles blasphématoires « Piss Christ », « Golgota picnic », l’affaire de Tarnac, le « cas » Dieudonné, la « Manif pour tous », ont pour réponses  les emprisonnements politiques, la censure, la brutale répression policière, les manipulations. La sphère politique est empoisonnée par l’idéologie nihiliste, les « nouvelles sacralités », qui suscitent des « phobies », lesquelles arment le bras de la « Justice », sans compter la vidéo-surveillance, qui contrôle les routes et les rues, la novlangue, qui formate les consciences, l’endoctrinement scolaire, le néo-puritanisme, expression extrême de la clitocratie triomphante, dont l’égérie est la Suède, matrice du totalitarisme postmoderne dévirilisant, infantilisant, Grande Nursery dont Big Mother est la maquerelle fouettarde. Ces liens tressés par des Lilliputiens doctrinaires, liens dont le plus puissant, en ce moment, est incarné par le communautarisme, pendant symétrique d’un individualisme consumériste, sont destinés à étouffer notre identité… Ainsi cette entreprise liberticide évoque-t-elle la mise en place d’un despotisme nouveau, plus complexe, plus subtil, plus savant que les anciennes tyrannies, qui n’étaient que des ateliers artisanaux à côté de lui.

L’analyse ne se limite pas à une recension de notre servitude organisée, mais aussi à ses causes. La description de l’« État profond » est d’un intérêt capital : il s’agit en effet d’une « structure de gouvernement à la fois invisible et continue », qui gère réellement la société, tandis que les institutions apparentes, souvent élues, « représentatives », ne sont là que pour exécuter, ou amuser la galerie.

Claude Bourrinet

• George Feltin-Tracol, En liberté surveillée Réquisitoire contre un système liberticide, Éditions Les Bouquins de Synthèse nationale, 23 €, (ajouter 3 € de port pour un exemplaire, 5 € à partir de deux exemplaires); chèque à l’ordre de Synthèse nationale à retourner à : Synthèse nationale, 116, rue de Charenton, F – 75012 Paris, France.

• D’abord mis en ligne sur Synthèse nationale, le 31 octobre 2014, puis repris par Cercle non conforme, le 1er novembre 2014.