Ce que signifie être « Alt Right ». Un manifeste métapolitique pour le mouvement « Alt Right » par Richard B. SPENCER

Suite aux événements de Charlottesville, l’Alt Right aux États-Unis fait l’objet de virulentes critiques de la part du Système politico-médiatique. Quelques jours auparavant, Richard B. Spencer rendait public ce manifeste qui expose sa vision du monde. Les « Belles Âmes » en seront bien sûrs choquées, mais il est temps que le public francophone puisse connaître les axes fondamentaux de ce courant métapolitique propre au territoire nord-américain, d’où la mise en ligne de ce document exceptionnel.

Europe Maxima

*

**

RBSpencer

1) La race

Les races sont réelles. Les races comptent. La race est le fondement de l’identité.

« Blanc » est un raccourci pour une constellation mondiale de peuples, dont chacun est dérivé de la race indo-européenne, souvent appelée aryenne. « Européen » se réfère à un « stock de base » – celtique, germanique, hellénique, latin, nordique et slave – dont surgirent les cultures apparentées et une civilisation commune.

2) Les Juifs

Les Juifs sont un peuple ethno-religieux distinct des Européens. À plusieurs reprises, ils ont existé dans les sociétés européennes, sans jamais s’assimiler. La préservation de leur identité en tant que Juifs était et dépend de la résistance à l’assimilation, parfois perçue comme une hostilité envers leurs hôtes. Les « valeurs judéo-chrétiennes » pourraient être un slogan politique pittoresque quand perdure une réelle césure historique et métaphysique entre Juifs et Européens.

3) L’État ethnique

Les nations doivent assurer leur existence et leur caractère unique et promouvoir leur propre développement ainsi que leur épanouissement. L’État est une entité existentielle, une manifestation physique de l’être, de l’ordre et de la volonté de survie d’un peuple. Les États définis de manière raciale ou ethnique sont légitimes et nécessaires.

4) La métapolitique

L’esprit est la source de la culture, et la politique est en aval de cela. L’Alt Right mène une guerre contextuelle et idéologique contre ceux qui déconstruisent l’histoire et l’identité européennes. Les valeurs dégénérées de Woodstock et Wall Street ne signifient rien à ses yeux.

5) L’Amérique blanche

La population fondatrice des États-Unis était principalement anglo-saxonne et protestante. Par la Guerre d’Indépendance, une nation américaine cohérente a émergé qui était européenne et chrétienne. D’autres races ont habité le continent et ont souvent été en conflit avec les Blancs ou asservies par ces derniers. Les Blancs seuls définissaient l’Amérique comme une société et un ordre politique européens.

6) L’Europe

L’Europe est notre maison commune, et les os et le sang de nos ancêtres se trouvent dans son sol.

L’unité européenne a émergé à des moments critiques de l’Histoire, mais porte aussi la division, la rivalité et la trahison. En tant que nations sœurs, les Européens ont rivalisé les uns avec les autres et se sont même détestés et entre-massacrés. Nous ne pouvons plus nous payer le luxe de querelles intestines. Les « guerres fratricides » ne nous rapportent rien et nous conduisent directement à notre effondrement collectif. Telle une famille, les Européens doivent s’unir tel une famille.

La soi-disant « crise des réfugiés » est une invasion, une guerre sans armes, à un niveau racial, religieux, sexuel et moral. L’enjeu est l’identité même de l’Europe : soit le continent deviendra le lieu de l’histoire commune de notre peuple, soit il deviendra un avant-poste islamique supplémentaire.

7) La famille

La famille – soit un homme et une femme dans une relation amoureuse qui produit des descendants – est un fondement essentiel et indispensable pour une société saine et fonctionnelle.

8) La nature humaine

L’homme n’est pas une ardoise vierge, pas plus qu’il est né « bon sauvage ». La nature humaine – la réalité de la race, du sexe, de l’héritabilité et de l’inné – est la force la plus puissante qui forme les individus, les familles, les sociétés et les nations.

9) Les femmes et le sexe

Les femmes, en tant que mères et gardiennes du foyer, sont essentielles à l’avenir de notre race et de notre civilisation. Nous nous opposons au féminisme, aux déviances, à la déchéance futile de la réalité biologique et à tout ce qui détruit les relations saines entre les hommes et les femmes. Nous devons surmonter la « culture pornographique » biaisée et solitaire d’aujourd’hui et revenir à une sexualité fructueuse et érotique dans le vrai sens du terme.

10) La politique étrangère

La politique étrangère des États européens (y compris l’immigration, la diplomatie et la guerre) devrait être fondée sur la sauvegarde de leurs peuples et ne pas être soumise aux intérêts particuliers ou étrangers, ni aux désirs de profit des grandes entreprises, ni aux chimères de la mondialisation, de l’humanitarisme, ou de la « fin de l’Histoire ». Dans la mesure où le « chauvinisme » cherche à transformer les non-Européens en « Européens », nous ne sommes pas des « chauvins occidentaux ».

11) La liberté d’expression

Les citoyens américains devraient jouir de la liberté d’expression garantie par la Constitution; nous approuvons cette valeur pour tous les peuples européens. Nous nous opposons à ceux qui cherchent à supprimer des propos pour lesquels ils seraient en désaccord, que ce soit par la censure gouvernementale, le « politiquement correct » en entreprise, la dénégation numérique ou l’intimidation.

12) Le droit aux armes à feu

Tous les citoyens des États-Unis, et tous les Européens, devraient avoir le droit de porter des armes, tant pour se protéger eux et leurs familles que pour pratiquer ce sport viril qu’est la chasse.

13) La mondialisation

Le commerce international et l’échange d’idées de bonne foi peuvent être bénéfiques pour tous. La mondialisation économique et politique, cependant, a été destructrice pour les cultures authentiques. Les pays industrialisés se transforment en grands « rien » et en « nulle-part » : des lieux indiscernables, des décharges de béton et des centres commerciaux, séparés de la culture, des personnes et de l’histoire. La mondialisation menace non seulement les Européens mais toute identité humaine sur Terre.

14) La Gauche

Le gauchisme est une idéologie mortifère qui doit être vaincue. « Perdre dignement » signifierait la destruction de notre peuple et de notre civilisation.

15) L’économie

La liberté économique n’est pas une fin en soi. Toutes les politiques économiques devraient servir les peuples et les nations. Les intérêts des hommes d’affaires et des marchands mondiaux ne devraient jamais prévaloir sur le bien-être des travailleurs, des familles et de la nature.

16) La vie citadine

L’automobile, le système routier et la « culture de la voiture » qui en résulte ont contribué à la mort des villes, grandes et petites. Bien que tout le monde ne réside pas en milieu urbain, les villes sont des institutions vitales de la culture, de la communauté, de l’apprentissage et des arts. Elles n’auraient jamais dû être abandonnées par les Blancs américains des générations précédentes et devraient être rétablies comme des bijoux de notre civilisation.

17) La nature

Nous sommes une partie privilégiée de l’ordre naturel, nous nous y trouvons et sommes au-dessus de lui. Nous avons le potentiel de devenir l’intendant de la nature ou son pourfendeur. En mettant de côté les questions controversées comme le réchauffement climatique et l’épuisement des ressources, les pays européens devraient investir dans les parcs nationaux, les réserves sauvages et les refuges fauniques, ainsi que dans des fermes et des ranchs productifs et durables. Le monde naturel – et notre expérience de celui-ci – est une fin en soi.

18) Les « Soixante-huitards »

La génération née entre 1945 et 1964 a abandonné son devoir de sauvegarder et de transmettre une civilisation à ses enfants. Les soi-disant « Soixante-huitards » s’engagent dans le narcissisme puéril du genre le plus extrême; ils sont responsables de la situation lamentable d’aujourd’hui. Et ils sont même apparemment incapables de reconnaître leur culpabilité.

Une nouvelle génération de meneurs est désespérément nécessaire.

19) L’éducation

L’éducation moderne – de l’école maternelle au doctorat – s’est largement corrompue. Cette industrie (publique et privée) sert des idéologies de gauche, des financiers usuriers et une nouvelle classe d’administrateurs bien plus qu’elles ne servent les étudiants et leurs parents.

Les enfants ne devraient pas être endoctrinés dans le dogme libéral, mais instruits dans leur langue, les mathématiques, les arts, l’histoire et la science. L’enseignement supérieur – loin d’être un « droit » ou d’une « voie vers la classe moyenne » – est seulement approprié pour une élite cognitive dédiée à la vérité; il est inapproprié, voire préjudiciable, pour les autres. L’éducation pratique – les écoles professionnelles et les apprentissages – devrait être relancée comme norme pour la plupart des citoyens.

20) La responsabilité personnelle

Un homme se distingue par ses actes. Et tout homme, à sa façon, doit s’efforcer d’être quelque chose de plus qu’un homme : être honoré par ses héritiers, faire partie de quelque chose de plus grand que lui-même.

Richard B. Spencer

Traduit et adapté de l’anglais (étatsunien) par Thierry Durolle.