Pauwels

Louis Pauwels. Idées légères et formules courtes ? par Daniel COLOGNE

« Pourquoi donc faudrait-il se souvenir de Louis Pauwels ? », se demandait Grégory Pons dans Éléments (n° 163, novembre – décembre 2016). Dans cet article irrévérencieux aux inter-titres ravageurs (« Choc des mots, mais poids plume des idées »), la Lettre ouverte aux gens heureux n’est pas citée. Je l’ai lue en 1972, juste[…]

L’éternel rescapé de la Grande Guerre, Pierre Mac Orlan par Daniel COLOGNE

« T’as de beaux yeux, tu sais. » La mémoire collective garde cette réplique célèbre de Quai des Brumes (1938). Mais qui se souvient encore que le film de Marcel Carné est l’adaptation d’un roman de Pierre Mac Orlan paru chez Gallimard onze ans plus tôt ? Quatre autres récits de Mac Orlan ont été[…]

Georges Rodenbach, l’anti-Zola par Daniel COLOGNE

« Le père à tuer, c’est Zola. » Tel est, selon Daniel Grojnowski, le mot d’ordre de plusieurs écrivains dans les années 1890 : Huysmans, Gourmont, Barrès, Gide. Dans l’épigraphe de Paludes, Gide appelle de ses vœux « l’Autre école » apte à sortir les romanciers de l’ornière du naturalisme. Dans À Rebours, Huysmans se[…]

Stendhal par Pierre LE VIGAN

Stendhal évoque la vélocité, l’énergie, la légèreté. Mais comment devient-on Stendhal ? C’est ce qu’a cherché Claude Bourrinet. Il a découvert le secret de Stendhal. Il tient en trois volontés. L’une est d’essayer de se connaître. Il ne faut pas y renoncer même si on échappe souvent à soi-même. Pour cela : s’exposer aux grands vents. La[…]