Imprimer ce message Imprimer ce message

La formation d’une autre contre-culture par Georges FELTIN-TRACOL

26 juillet 2015

Madame, Mademoiselle, Monsieur, Chers Amis et Lecteurs,

Outre le plaisir de vous annoncer la parution du n° 40 de Synthèse nationale, de l’été 2015, intitulé « Immigration. La déferlante », avec un entretien exclusif avec Jean-Marie Le Pen (le numéro coûte 12 € ou un abonnement de six numéros pour 50 €), vient de paraître le 50e numéro de la revue Réfléchir & Agir qui en est à sa 22e année d’existence ! Le dossier central de cette excellente livraison porte sur « Les Khmers Rouges de la République ». On lira aussi des articles sur Jules Verne, Thorstein Veblen, John Huston, etc., ainsi que des entretiens avec le journaliste Laurent Obertone et l’économiste Pierre Jovanovic.  Ce numéro vaut 6,50 €, mais il est mille fois plus préférable de s’y abonner : 26 € pour 4 numéros + cadeau annuel réservé aux seuls abonnés.

Adresser vos chèques :

—  à Réfléchir & Agir Magazine,

B.P. 80432,

F – 31004 Toulouse C.E.D.E.X. 6.

—  à Synthèse nationale,

116, rue de Charenton,

F – 75012 Paris.

La dissidence commence par un simple achat ou un modeste abonnement !

Par ailleurs, à compter d’aujourd’hui et sauf circonstances extraordinaires, votre site favori prend sa périodicité estivale annuelle (deux mises en ligne tous les quinze jours). Les prochaines parutions auront lieu exceptionnellement le JEUDI 6 AOÛT.

Bonnes lectures !

La rédaction

*

**

Avocat franco-croate et responsable de l’Institut de géopolitique de Zagreb, Jure George Vujic s’est fait connaître dans le domaine francophone par de nombreux articles pertinents parus dans les périodiques de la dissidence enracinée. Après avoir publié en 2011 Un ailleurs européen. Hestia sur les rivages de Brooklyn (Avatar) et La Modernité à l’épreuve de l’image. L’obsession visuelle de l’Occident (L’Harmattan, 2013), ce penseur hétérodoxe issu de l’aire danubienne sort Nous n’attendrons plus les barbares. Une fois encore, son éditeur, les éditions Kontre Kulture, montre son attention pour l’auteur, son œuvre et le lecteur en leur offrant une belle couverture, une mise en page soignée et des réflexions de qualité. Ces attentions deviennent si rares de nos jours chez les gros éditeurs officiels où le livre se conçoit comme un sac de patates imprimé.

Infatigable lecteur d’auteurs français (Julien Freund, Guy Debord,  Michel Clouscard, Louis Althusser…), allemands (Heidegger, Peter Sloterdijk…), anglo-saxons (Christopher Lasch, T.S. Eliot…), italiens (Vico, Julius Evola, Augusto Del Noce…), russes (Troubetzkoy…), Jure George Vujic remarque que « l’ensemble de la production culturelle contemporaine est au service de la construction d’un véritable network social planétaire qui, via la dé-liaison sociale, en fait propage une grammaire politique cosmopolite et s’efforce de consolider un chaînage quotidien du particulier indifférent et de l’universel non différencié constitutif de notre sentiment d’appartenance à un monde commun planétaire illusoire (p. 86) ». Prenant aussi acte que « la “ tolérance répressive ” récupère et neutralise… (p. 32) », il relève que « le réel se fond dans l’hyperfestif et aboutit à un consensus consumériste, segmenté entre travail et divertissement, obéissant à la même logique de profit et de rentabilité (p. 17) ». Pis, à la différence des fameuses « Grandes Invasions » germaniques des IIIe – Ve siècles qui provoquèrent la chute de l’Empire romain d’Occident et facilitèrent une remarquable synthèse culturelle, matrice du Moyen Âge européen, « il suffit de constater que les barbares sont déjà là, bien existants, établis et bien présents dans toutes les structures de la société dite civile, dans les médias, dans les institutions politiques et culturelles, et, ce qui est plus grave, qu’ils ont colonisé le mental, l’imaginaire individuel et collectif européen de sorte que l’on peut parler de colonisation interne pure et simple. En effet, la culture dominante de notre époque est éminemment une culture de la quantité, de l’aliénation de la volonté et de l’asservissement des esprits (p. 8.) ».

L’Occident phagocyte

Dorénavant, « la modernité est indéniablement placée sous le signe de la fragmentation dans tous les domaines de l’existence individuelle et collective (p. 82) ». Vujic s’inquiète de la cybercrétinisation et du rôle de plus en plus envahissant du numérique, des ordinateurs et des écrans dans notre quotidien. Cette invasion technique et psychique occidentalise l’individu et l’assujettit aux nouvelles normes de la conformité. On les retrouve à propos de l’effondrement de l’esthétique et de cette purulence fétide que représente le non-art (néo-dégénéré) contemporain. Tous les symptômes décrivent une crise majeure d’un certain esprit en voie de disparition.

La pensée européenne est en effet en crise de sens et de limite. « L’Europe d’aujourd’hui est une contrefaçon occidentale, elle oscille dans l’ordre politique entre des néo-nationalismes et des néo-cosmopolitismes. N’est plus européenne une civilisation qui s’est coupée de ses propres racines et a cessé d’ancrer sa tradition dans un principe transcendant. Privée de ses racines et de son élément structurel transcendant et métapolitique, l’Europe est privée de son système immunitaire, et reste dépourvue de défenses efficaces face aux assauts des éléments anti-européens, qui par une stratégie globalisante ont fini par disséminer le poison d’un mensonge global aux sources nominalistes, mécanistes, économicistes et athéistes (p. 36). » L’auguste et ancestrale civilisation européenne se dissout dans un nouvel Occident qui, « bien avant un espace homogène géopolitique aux contours indéfinis, est avant tout réalité “ mentale ” planétaire, recouvrant des réseaux, des espaces, des cultures disparates, regroupant des sociétés diverses, organisées en cercles d’appartenance concentrique, ayant au centre un noyau dur qui alimente la périphérie : le modèle américain. Pour Raymond Abellio, le modèle californien constitue l’essence et l’épicentre de l’Occident, ouest extrême, symbole d’une civilisation crépusculaire et vieillissante, où la lumière déclinante du jour fait place progressivement à l’obscurité de la nuit (pp. 80 – 81) ».

Dans ce nouveau contexte occidental-mondial, il devient logique que « la démocratie parlementaire “ traditionnelle ” tend à être supplantée par le modèle de la polyarchie qui révèle l’existence d’une multitude de centres décisionnels du pouvoir politique, directement rattachés aux centrales et aux grands groupes économiques et financiers (pp. 20 – 21) », ce qui aboutit à la neutralisation, puis à l’éviction du politique pressentie par Carl Schmitt, d’autant que « la flibusterie transnationale brade les souverainetés politiques nationales débordées au niveau du repérage géographique par les nouvelles supra-souverainetés économiques (pp. 42 – 42) ». L’auteur insiste sur le fait que « nos sociétés modernes sont prisonnières du quintuple caducée du dieu global : internationalisme, intégration, individualisation, informatisation et infantilisation. Le globalisme finit de niveler culturellement et d’uniformiser politiquement et idéologiquement les peuples européens privés de leur identité et de leur faculté réactive (pp. 38 – 39) ». Pis, « l’ordre marchand global dominant utilise comme rouages les “ hommes moyens ”, réplique sérielle du dernier homme nietzschéen (p. 43) ».

Toutefois, « la culture dominante de notre monde, souligne Vujic, ne s’effondrera pas d’elle-même, et il ne suffit pas de guetter et d’attendre. L’alibi de l’inaction, du silence et de l’immobilité s’évanouit. L’homme, sans perspective claire de disparition, est placé devant la nécessité de continuer (p. 10) ». L’auteur « persiste à croire que les maux qui accablent l’Europe et les peuples européens d’aujourd’hui, ne viennent pas d’un ennemi externe, elles ne viennent pas des barbares eux-mêmes, car la crise morale, démographique, politique et civique actuelle n’est qu’un épiphénomène d’un mal intérieur plus insidieux et dévastateur : celui du fatalisme, de l’entropie, de l’inaction, de la vieillesse et de l’attentisme (p. 9) ». Cela ne doit pas empêcher les Européens sains d’affronter « l’occidentalo-américanisme culturel, qui s’appuie sur les puissances de l’argent, les forces mondialistes de nivellement et d’indifférenciation active, et la mentalité économiciste qui leur est sous-jacente (pp. 10 – 11) ». Mais le combat serait vain si on ne réfléchissait pas enfin à « la nécessité d’une contre-culture authentique et refondateur, qui serait en mesure de combler le vide laissé par les contre-cultures libertaires dites de “ gauche ” des années 60 à nos jours, récupérées par le système dominant (p. 6) ». Bien sûr, « le grand défi de cette résistance culturelle sera de maintenir à la fois la charge subversive contre-culturelle et de refonder un tissu social et culturel en rupture radicale avec le système, là où les valeurs contestataires et transgressives des années 60 ont été assimilées et récupérées par la postmodernité et le capitalisme néo-libéral (pp. 69 – 70) ».

Retour aux communautés organiques réelles

En fin connaisseur de l’histoire des activismes politiques, Jure George Vujic avertit que « toute forme de résistance qui s’institutionnalise, se consensualise perd inévitablement de sa vigueur et de sa force. Les leçons de la contre-culture de gauche récupérée et commercialisée par le système sont exactement les mêmes pour toute autre forme de contre-culture qui cédera à la propagande marchande (p. 146) ». En politique, le risque majeur se nomme technocratisation. « En tant que parfait produit du progrès technologique et de l’éthique scientifique, la technocratie échappe à toutes les catégories et qualifications politiques traditionnelles, car elle a la propriété de se rendre idéologiquement invisible, indolore et neutre. La technocratie représente le règne des spécialistes, qui usent d’institutions clefs, tel que le “ réservoir de pensée ”, en tant que gigantesque entreprise industrielle de brassage de cerveaux (p. 27). » Il exhorte au contraire à la restauration de l’imperium et de l’auctoritas, de la puissance et de la justice, de la primauté du politique et de la mission prioritaire de servir son peuple afin de favoriser l’indispensable enracinement et de redynamiser une salutaire autochtonie communautaire. En effet, « ce que redoute le système, c’est le groupe, la communauté d’idéaux et de valeurs vertébrantes et stabilisatrices, déterminées et structurées, la communauté de rupture radicale avec les fondements de la société contemporaine : le matérialisme et le financialisme oligarchique, la consommation et l’hyper-individualisme, valeurs que partagent aussi bien la gauche libérale que la droite conservatrice (p. 149) ». Il va de soi que « cette démarche communautaire sous-entend bien entendu le réaménagement culturel de l’Europe dans le cadre d’un ensemble organique coordonnant une pluralité de communautés charnelles autogérées, respectueux de l’hétérogénéité sociale culturelle et ethnique. Néanmoins, cette réaction contre les structures politiques administratives verticales et centralisées ne doit pas ignorer la dynamique propre des forces productives qui nécessitent l’organisation, la rationalisation et la planification dans de grandes unités et de vastes espaces (p. 161) ».

Vujic estime que plutôt espérer dans le néo-eurasisme, « il est plus important aujourd’hui, dans le vaste marasme spirituel et moral du néolibéralisme capitaliste triomphant, que les peuples européens se réapproprient la notion de “ sens ” national et européen, un impératif téléologique de refondation, à la fois communautaire, social, culturel, politique et économique (pp. 94 – 95) ». « La refondation culturelle, ajoute-t-il, supposera de renouer avec une authentique vision radicalement anti-progressiste de l’histoire (p. 129). » Or, « l’histoire, pour nous, n’est que le prétexte pour l’affirmation et la réalisation des êtres d’exception, qui ne demandent que la fidélité et un honneur froid, par pure nécessité, et non pas par gloire (p. 131) ». Audacieux pronostic anticonformiste !

Pour Jure George Vujic, « être non conformiste de nos jours, ce serait refuser un certain ordre naturel des choses qui constitue le fondement de la pensée dominante, et autour duquel s’articule l’ordre public qui lui-même se confond avec la vérité officielle. À l’inverse, il s’agit de proclamer la pluralité générale des productions humaines, des mœurs, des idéaux, des règles morales, des tendances esthétiques, comme autant de valeurs et de formes humaines (pp. 104 – 105) ». Ce non conformisme intrinsèque exige aussi que l’État organique identitaire – populaire, continental ou non, restauré ne soit ni Big Brother, ni une marâtre maternante excessive, mais ce « lieu de la décision souveraine ainsi que force ordonnatrice (p. 110) ».

Nous n’attendrons plus les barbares est un essai métapolitique majeur ainsi qu’un appel vibrant au soulèvement intellectuel contre la « Mégamachine » occidentale mondialiste. Cet ouvrage demeure une redoutable arme de destruction ciblée et les éditions Kontre Kulture un efficace état-major qui sait saper les bases du Désordre établi.

Georges Feltin-Tracol

• Jure George Vujic, Nous n’attendrons plus les barbares. Culture et Résistance au XXIe siècle, Kontre Kulture, Saint-Denis, 2015, 173 p., 13 €.

Imprimer ce message Imprimer ce message

Hervé Juvin et le Mur de l’Ouest. Un point de situation par Pierre LE VIGAN

26 juillet 2015

Le mur de Berlin protégeait l’Est des séductions et des conquêtes de l’imaginaire capitaliste. Le mur de l’Ouest est celui qui permet l’extension maximum du capitalisme. Comment ? En confinant la Russie dans l’espace le plus petit possible. En empêchant tout rapprochement entre la Russie et les autres pays d’Eurasie. Et plus encore tout rapprochement entre la Russie et l’Europe.

Nous, la France, sommes du côté américain de ce mur de l’Ouest, et c’est pourquoi notre pays n’est pas libre, et c’est pourquoi l’Europe est asservie. « La résistance est à l’ordre du jour. […] l’occupation mentale, technique, économique que nous subissons n’est pas de moindre conséquence politique que celle que nous avons subie [pendant la Seconde Guerre mondiale]; car elle aussi nous prive du pouvoir que la République nous a donné, que les institutions du Conseil National de la Résistance avaient assuré, que le projet d’union de l’Europe avait fait espérer. Et ce rejet du pouvoir perdu, du pouvoir à reprendre, est au cœur de la conscience malheureuse des Français – de ceux du moins pour qui la France est autre chose qu’un hôtel. »

Hervé Juvin en appelle donc à la résistance. Il faut faire tomber ce mur de l’Ouest. Le premier mouvement de cette résistance c’est revenir à l’intelligence du monde. C’est se rappeler ce que l’esprit du temps veut nous faire oublier : que le monde est irrigué de rapports de force, de jeux de puissance. Derrière l’humanitaire, derrière les indignations pseudo morales, il y a la violence des déplacements de populations, et celle des changements de peuple. Décrypter cette réalité des rapports de force, cette réalité d’une guerre qui ne dit pas son nom, c’est ce qu’apporte Hervé Juvin. Au cœur de cette guerre, il fait un « point de situation ».

Pour comprendre le moment présent, l’auteur reprend un certain nombre de slogans de la pensée occidentaliste dominante. « La diversité est une richesse », « Le marché a toujours raison », « Le droit est universel », … Une douzaine de thèmes sont ainsi analysés et démontés. Leur fausseté est montrée, leur imposture démontrée. Les intérêts que couvrent ces mots d’ordre sont mis à jour.

Prenons l’analyse du slogan « Ç’en est fini de l’hyperpuissance américaine ». Juvin montre que malgré des cafouillages évidents, les U.S.A. ont réussi dans leurs objectifs essentiels : éliminer les régimes qui voulaient mettre en cause le dollar comme unique monnaie d’échange international, éliminer ou marginaliser les amis de la Russie, créer un nouveau Moyen-Orient plus instrumentalisable que celui, antérieur, des États-nations, contrôler la nourriture du monde en mettant semences et espèces sous brevets, faire d’internet une colonie médiatique américaine, de l’espace une province des États-Unis. Il n’y a échec des États-Unis que si on croit que l’objectif des Américains était vraiment la paix, la démocratie et le développement.

Mais Juvin ne cache pas les points de fragilité de l’impérialisme américain, ceux qui peuvent annoncer un possible point de retournement : les faiblesses internes des États-Unis, en matière d’infrastructure, d’innovation, d’éducation, et les initiatives des autres pays, l’Inde et son développement économique endogène et (en partie) soucieux de son identité, la création d’une banque de développement des B.R.I.C.S., une voie autre que la Banque mondiale et le F.M.I., l’émergence, aussi, de la notion de droits collectifs opposables aux stricts droits de l’individu.

Voilà bien des contre-pouvoirs, et de nouvelles forces qui peuvent renverser les tendances. La même mise au jour des lignes de force est faite pour chacun des thèmes du livre. Pour comprendre la réalité de notre servitude, et de la complicité de nos élites, mais aussi les voies de la libération de nos peuples. L’élucidation des enjeux par Juvin est toujours à la fois ferme quant à ce qui « menace notre être » comme disait Mao (On voit que Juvin ne craint pas les références iconoclastes et c’est le charme de la liberté de l’esprit, qui fut si française), et attentive à ce qui évolue dans les rapports de force, notamment intellectuels, car les idées sont aussi des forces. Pour Hervé Juvin, c’est essentiel.

Pierre Le Vigan

• Hervé Juvin, Le mur de l’Ouest n’est pas tombé, Éditions Pierre-Guillaume de Roux, Paris, 280 p., 23 €.

• D’abord mis en ligne sur Metamag, le 9 juin 2015.

Copyright © 2009 tous droits réservés. Propulsé par WordPress Abonnez vous au flux RSS. Traduction WordPress tuto.