Imprimer ce message Imprimer ce message

La gauche en soutien au capital par Pierre LE VIGAN

25 janvier 2015

Madame, Mademoiselle, Monsieur, Chers Amis et Lecteurs,

Outre la consultation fréquente de votre site préféré, signalons la parution simultanée de deux numéros de Synthèse nationale :

— le n° 38, de janvier – février 2015, consacré à « Nations, civilisations… », avec une nouvelle et dynamique mise en page;

— le n° 4 hors-série, intitulé « Non, nous ne sommes pas Charlie » avec des contributions de Jean-Ansar, Serge Ayoub, Bruno Bartez, Yvan Benedetti, Claude Bourrinet, Thibaut de Chassey, Yves Darchicourt, Raoul Fougax, André Gandillon, Bruno Gollnisch, Roland Hélie, Carl Lang, Jean-Yves Le Gallou, Jean-Marie Le Pen, Jean-Gilles Malliarakis, M.N.R., Charles-Philippe d’Orléans, Charlotte d’Ornellas, Patrick Parment, Caroline Parmentier, Arnaud Raffard de Brienne, Philippe Randa, Riposte laïque, Jean-Claude Rolinat, Robert Spieler, Nicolas Tandler, Pierre Vial, Georges Feltin-Tracol et bien d’autres. Plus de 1000 exemplaires ont déjà été vendus ! Amplifions les ventes !

Proclamons haut et fort :

« Ni Charlie, ni Charia, plus que jamais prenons la troisième voie ! »

En ce dimanche décisif pour la Grèce, toutes nos pensées de succès espéré vont à nos amis d’Aube dorée, violemment persécutés par le Système oligarchique mondialiste.

La rédaction

*

**

Charles Robin offre, avec La gauche du capital, un regroupement de ses études sur la généalogie du libéralisme libertaire. Sa thèse est connue des lecteurs de Jean-Claude Michéa. Il n’y a pas un « libéralisme » économique, de « droite », qui s’oppose à un « libertarisme » sociétal, de « gauche ». Il y a un seul mouvement qui transforme la société, et passe par des acteurs socio-politiques qui se partagent le travail mais font, précisément, le même travail. Le libéralisme est en d’autres termes toujours en phase avec le libertarisme car il s’agit de déconstruire tous les liens, tous les enracinements, toutes les communautés pour aboutir à un homme nu, donc désaliéné selon l’extrême gauche, mais aussi totalement ouvert au libre marché, à la consommation mondiale unifiée, selon les libéraux. C’est le même homme suradapté à un monde de plus en plus intégralement marchandisé, postpolitique qui convient aux libéraux (dits de droite) et aux libertaires (dits de gauche).

Le travail de désencastrement de l’homme, de désincarnation (au profit de sa liquéfaction), de « libération » de toutes les valeurs et de tous les liens, est convergent, qu’il soit opéré par la droite « libérale avancée » ou par la gauche « libérale-libertaire », et concoure à un même résultat. Car, de fait, l’homme sans liens devient homme sans qualité, sans spécificité, sans identité culturelle, sans classe, sans syndicat, et est livré au marché, et celui qui est livré au marché est bel et bien « libéré », comme le rêve l’extrême gauche, de la famille, de la durabilité, de la transmission, de la « patrie », de la « solidarité de tribu » (ou de métier), du sexisme, du machisme, au profit de la consommation hédoniste de la sexualité et du relationnel en général (les « amis » que l’on a sur Facebook…).

Résumons. Le libéralisme n’est pas conservateur, il n’y a rien de plus révolutionnaire. Quant à la gauche elle n’est pas socialiste, elle est « la gauche du capital », elle est la pointe avancée de la déconstruction des peuples. Qui profite à qui ? Au capital.

Voilà notamment ce que développe, rigoureusement, Charles Robin. Autant dire que son livre est essentiel.

Pierre Le Vigan

• Charles Robin, La gauche du capital. Libéralisme culturel et idéologie du marché, Krisis, 244 p., 18 €.

Imprimer ce message Imprimer ce message

La terreur a de l’avenir par Claude BOURRINET

25 janvier 2015

Au fond, Valls – si n’était son libéralisme sans « tabous » (comme ils disent) – mais on sait qu’au pouvoir, devant les « réalités » (comme ils disent), n’importe quel animal au pelage rose ou bleu, tout à coup, se pare des oripeaux du perroquet – je disais donc qu’au fond, Valls, ce serait le modèle fantasmé de la plupart des militants du F.N.

Vous vous souvenez que quand Marine a été élue, elle a traqué l’« extrême droite » et a exclu crânes rasés, nostalgiques « nauséabonds », « néo-nazis »,  « racistes » de tous poils (je place des guillemets car, quand on veut tuer son chien, on l’accuse d’avoir la rage), pour qu’enfin, comme le font de certaines vaches certains éleveurs peu scrupuleux (et prudents), ses cornes lucifériennes soient coupées à la base.

Évidemment, dans le même temps, comme le pratique tout chien qui se respecte, on se humait le cul avec entrain, qui entre sionistes, qui entre islamophobes, qui entre anti-fiscalistes, etc. La faune est nombreuse.

Bref, la Marine – guère royale, pour le coup – s’enticha d’un gay néerlandais, minet un peu hystérique, qu’on considérerait ici comme un membre actif de Ripote laïcarde, (ripote, pour les ignares que vous êtes, c’est le nom vulgaire, en espagnol, d’une sorte de brouet de céréales), en même temps que de l’extrême droite européenne, à l’exception des groupes qui sont vraiment antilibéraux, alternatifs, antisionistes.

De fait, les journalopes ne la tracassent pas tant que ça pour ces alliances. Pourquoi ? La réponse va de soi, inutile de développer. Marine est donc invitée sur les plateau, devant les micros, les caméras. On fait comme si elle était encore douteuse, mais on sait bien qu’il s’agit d’un jeu de rôles, au même titre que la prétendue bataille entre la droite et la gauche.

Dans la réalité, l’islamophobie, massivement, dans les rangs du F.N. (bien que Marine arrondissent parfois – parfois, pas toujours – les angles) est l’expression du racisme le plus décomplexé. Inutile de le nier, j’ai vu, entendu. Le musulman, c’est d’abord l’Arabe, le métèque. Si les musulmans ressemblaient aux Nordiques, nul doute que la donne serait autre.

À ceux qui me rétorquerait : justement !, je ne saurais trop leur recommander de s’interroger sur ce que sont devenus les valeureux Vikings ! Sans doute trouverait-on plus probant, en guise d’enracinement, de virilité, de contestation d’un ordre antinaturel. La Suède, par exemple, tend à devenir le modèle du totalitarisme postmoderne, avec sa moraline à haute dose et ses contrôles ubuesques.

Évidemment, l’islamiste radical n’est pas forcément un drôle avec lequel on aimerait passer les vacances. Cependant, a-t-on pensé qu’il est, par hypothèse, le reflet symétrique, bien qu’apparemment inversé, comme dans un miroir, des soi-disant « identitaires » indigènes ? Et que certains de ces derniers, au fond d’eux-mêmes, sans prendre conscience de leurs pulsions cachées, ne rêvent que d’imiter Breivik, ce sioniste franc-maçon norvégien, qui a sans doute voulu imiter lui-même Baruch Golstein, cet Israélo-Américain qui massacra des dizaines de musulmans, en 1994, au Caveau des Patriarches, à Hébron ?

La terreur, quand la politique s’efface, n’est plus alors que le langage de l’avenir.

Claude Bourrinet

Copyright © 2009 tous droits réservés. Propulsé par WordPress Abonnez vous au flux RSS. Traduction WordPress tuto.