Imprimer ce message Imprimer ce message

In memoriam Jacques Marlaud par Georges FELTIN-TRACOL

31 août 2014

Madame, Mademoiselle, Monsieur, Chers Amis et Lecteurs du site,

À compter d’aujourd’hui, votre site préféré reprend ses deux mises en ligne hebdomadaires le dimanche avant 18 h 00 (sauf exception !). Commence ainsi une nouvelle saison riche en événements éditoriaux comme vous pourrez l’apprendre sous peu.

Cette Rentrée est cependant marquée par une triste nouvelle, à savoir la disparition, mi-août, de Jacques Marlaud qui collabora à Europe Maxima. En souvenir de cet ami personnel, nous publions son ultime texte, émouvant et quelque peu désabué, ainsi que sa nécrologie.

La rédaction d’Europe Maxima

*

**

Après Jean Mabire, Dominique Venner, Jean-Claude Valla, Ferdinand Ferrand, Jean-Claude Jacquard ou, plus récemment, Jacques Bruyas, Bernard Petitjean et Maurice Rollet, c’est au tour de Jacques Marlaud de nous quitter. Il s’est éteint dans la soirée du 15 août 2014 à Roanne (Loire), victime d’un malaise cardiaque.

Bien que né à Alger un 4 décembre 1944, il n’était pas issu d’une famille « pied-noire ». C’est cependant la guerre d’Algérie qui le saisit lycéen. Il envoie des lettres de soutien aux détenus pro-Algérie française, dont le général Faure, avant de rejoindre la F.E.N. (Fédération des étudiants nationalistes). Une fois les événements algériens terminés, si certains abandonnent l’activisme pour leurs études ou la vie professionnelle, le jeune Jacques continue en militant convaincu à diffuser des exemplaires d’Europe-Action. Contournant les interdictions parentales, le jeune Jacques n’hésite pas à tracter et à participer aux tumultueuses opérations de peinture nocturnes. Il passe souvent des nuits entières au poste de police en compagnie d’autres camarades interpellés. Dans l’attente d’être interrogé par le commissaire, placés en cellule, ils lèchent en toute discrétion leurs mains et effacent ainsi toute trace de peinture si bien que, les preuves matérielles enlevées, il faut les relâcher le matin venu…

De l’agitation militante à l’exil

À cette époque, Jacques Marlaud fait la connaissance au local parisien de la F.E.N. de Maurice Rollet, Jean-Claude Valla, François d’Orcival, Alain de Benoist, etc. L’année 1965 est cruciale pour lui : il effectue son service militaire dans une unité du génie parachutiste cantonnée dans le Sud-Ouest. Guère militariste depuis la déception de 1961, agacé par la vie quotidienne de l’appelé et toujours militant actif, il applique pour lui-même le mot d’ordre détonnant d’Europe-Action, « Pas un soldat pour le Régime ! ». Il déserte, traverse les Pyrénées voisines et passe en Espagne qui lui accorde le statut de réfugié politique. Des visites fréquentes de sa famille agrémentent sa vie d’exilé. Or, un soir d’été, alors qu’il travaille dans un camping, il se rapproche d’un groupe de Français et y rencontre une vieille connaissance de la F.E.N. qui lui apprend le retrait politique de Dominique Venner, l’option d’occuper le champ culturel et l’ascension de « Fabrice » avec qui il entamera bientôt des échanges épistolaires.

Au début des années 1970, Jacques Marlaud, excellent germanophone, s’installe plus ou moins légalement en Allemagne de l’Ouest. Pour y aller, il fut contraint de passer par l’Italie et l’Autriche où, transporté par des chauffeurs routiers jusqu’à sa destination finale, il fut pris par certains d’entre eux pour un agent du Bloc de l’Est ! C’est à Hambourg qu’il rencontre sa future épouse Ursula. La vie en Europe occidentale ne l’attirant guère, il choisit de s’installer en Afrique du Sud. Au cours de son entretien avec le responsable des services d’immigration de la République sud-africaine, suspicieux devant cet étrange candidat, il lui présente sa vieille carte d’adhérent d’Europe-Action qui, une fois traduite, lui assure le permis tant convoité.

C’est en Afrique australe que naîtront six de ses huit enfants. Journaliste au service francophone de la Voix de l’Afrique du Sud, la radio sud-africaine, Jacques Marlaud entreprend des études universitaires anglophones en philosophie et en sciences politiques tandis que chez lui, l’expression demeure allemande ! Suite aux demandes répétées de son épouse, il régularise en 1979 sa situation auprès des autorités militaires françaises. Ce problème résolu et après quelques jours de détention préventive, il profite de ce séjour pour revoir ses camarades de la F.E.N. dont la plupart animent désormais le G.R.E.C.E.

Dégoûté par le militantisme politique, il s’enthousiasme en revanche pour l’action métapolitique. Rentré en Afrique du Sud, il s’investit dans l’European Renaissance Association, devient le correspondant de Nouvelle École, participe à compter de 1982 à la revue bilingue anglais – afrikaans Ideas/Idees et reçoit chez lui quelques amis venus de l’hémisphère Nord (Alain de Benoist, Guillaume Faye, Saint-Loup). La même année, il publie sa thèse de philosophie sur Nietzsche : decadence and superhumanism (1). Il poursuit dans la foulée un doctorat de littérature française à l’Université de Port-Elizabeth sous la direction du professeur Jan de Vynck. Cette thèse de doctorat devient en 1986 un ouvrage, Le renouveau païen dans la pensée française (2) préfacé par Jean Cau.

L’affrontement métapolitique

À la même époque, Jacques Marlaud et sa nombreuse famille reviennent en France. Il pressent la fin imminente d’une certaine Afrique du Sud et préfère mettre les siens à l’abri en Europe. D’abord installé dans le Beaujolais, le clan adopte finalement la région roannaise en Forez septentrional. Dès 1988, Jacques Marlaud, nommé maître de conférence, donne des cours à l’Université Lyon – III Jean-Moulin sur la désinformation, la géopolitique et l’essence moderne du totalitarisme contemporain. Malgré la non-reconnaissance de ses diplômes sud-africains par les institutions universitaires françaises, il fait valoir son expérience professionnelle de journaliste quadrilingue (français – anglais – allemand – espagnol) et bénéficie de l’appui d’amis néo-droitistes alors en place dans l’établissement.

Son arrivée le plonge en outre dans l’engagement métapolitique. En 1987, il succède à Jean Varenne à la présidence du G.R.E.C.E. Il le présidera jusqu’en 1991. Il relance la seconde série de la revue théorique Études et Recherches et donne des textes à Éléments. La fin de la Guerre froide, la sortie de la longue après-guerre et le surgissement fracassant des peuples sur la scène de l’histoire et de la géopolitique monopolisent toute son attention. En février 1990, le quotidien Le Monde publie sa tribune libre « Libérons l’Europe de l’Ouest ! (3) ». Il collabore volontiers à la revue allemande Junges Forum ainsi qu’au trimestriel français Nationalisme et République de Michel Schneider pour le plus grand déplaisir de certains cénacles grécistes.

Cette implication revendiquée entrave une carrière universitaire malmenée par des bien-pensants qui ne lui pardonnent ni ses choix originaux, ni sa vive réaction à la scandaleuse affaire Bernard Notin. Maître de conférence en économie à Lyon – III, Bernard Notin est la victime d’une infâme campagne de presse parce qu’il exprime son scepticisme dans une revue universitaire à diffusion confidentielle (4) à l’égard d’événements historiques récents. Face à la curée médiatico-enseignante, Jacques Marlaud prend sa défense. Un dimanche après-midi, il réunit autour de l’enseignant calomnié trois autres collègues de Lyon – III, un historien médiéviste, un historien africaniste et un spécialiste de droit et de civilisation nipponne. Les contre-attaques virulentes n’empêcheront pas la victoire du déni et de l’injustice (5). Désormais étiqueté « infréquentable » et « réprouvé », il continuera néanmoins son enseignement jusqu’à une retraite méritée en 2008.

Il construit enfin avec patience une œuvre métapolitique riche et multiforme : interventions fréquentes aux universités d’été du G.R.E.C.E. à la Domus Europa près d’Aix-en-Provence, contributions régulières aux publications de la « Nouvelle Droite », défense d’une « troisième voie » ni para-politique, ni purement intellectualisante. Vers 1998, il propose à la direction du G.R.E.C.E. une nouvelle formule d’Études et Recherches dont il serait le directeur de publication et Pierre Le Vigan pour rédacteur en chef. Mais, faute de moyens financiers et par crainte de concurrencer d’autres revues théoriques, le projet n’aboutira jamais.

Les bombardements de la Serbie par l’O.T.A.N. au printemps 1999 le fait participer au Collectif Non à la guerre créé, sur une idée de Guillaume Faye, par Charles Champetier, Arnaud Guyot-Jeannin et Laurent Ozon. Signataire de la plus grande pétition de l’histoire française en nombre de signatures recueillies sans l’aide d’Internet alors balbutiant, Jacques Marlaud conduit avec l’aide de Jacques Goudet, ancien président de Lyon – III, des manifestations hostiles à la guerre occidentale dans la Capitale des Gaules et fonde un très actif comité local anti-O.T.A.N. Lyon – Roanne – Saint-Étienne. À son invitation, Charles Champetier tiendra une conférence dans la capitale ligérienne intitulée « Contre la barbarie occidentale, éléments pour une civilisation européenne » dans la salle souterraine du C.H.E.N.E. (Cercle historique d’étude sur la notion d’Europe) devant une assistance nombreuse.

Savoir défendre l’essentiel

Les attaques du 11 septembre 2001 l’amènent à écrire en quelques semaines Comprendre le bombardement de New York (6). Dans cet opuscule, il conteste dès octobre 2001 la thèse officielle. Il souligne que « Ben Laden est un produit 100 % made in U.S.A. pendant plus de quinze ans (1979 – 1996) son courage, sa foi islamiste et sa fortune […] ont rendu de grands services à la C.I.A. qui en fit l’un des principaux chefs de la résistance à la domination soviétique de l’Afghanistan, puis l’un de ses atouts majeurs face à l’Iran et à l’Irak (7) ». À l’heure où l’Occident s’inquiète des exactions de l’État islamique en Irak et au Levant et du martyr des populations chrétiennes, yazidies et chiites, il prévient à l’avance que « les divisions politiques et religieuses du monde arabe, attisées par Israël avec l’appui de Washington et Londres, alimentent la logique d’éclatement et de balkanisation apparue dès la fin de l’Empire ottoman (8) » avant de rappeler qu’« il est toujours facile de peindre sur ce miroir le visage de l’ennemi du moment : Khomeiny, Saddam Hussein, Milosevic, Ben Laden… C’est pourtant bien nous, Occidentaux, qui avons fabriqué, inspiré, armé et entretenu ces épouvantails de l’Occident ! (9) ».

L’avortement du projet de relance d’Études et Recherches incite Jacques Marlaud à lancer une nouvelle revue, L’Esprit européen, avec l’aide de Jan Mahnert, de Michel Ajoux, d’Érik Saint-Jall et de l’auteur de ces lignes. Tout en multipliant les pseudonymes, en particulier Yves Argoaz, Basile-Henri Fort ou Patrick Kéridan (ce dernier étant aussi employé par d’autres contributeurs), il en assure la mise en page et constitue peu de temps après le C.R.E.M. (Cercle de recherches et d’études métapolitiques). De 2000 à 2005, L’Esprit européen, d’abord trimestrielle, puis semestrielle, aura au final treize numéros à la thématique très variée (écologie, histoire, géopolitique…). Pourquoi L’Esprit européen ? « Parce que l’Europe est sans doute la plus négligée des patries, répond-il en 2008. Beaucoup se battent pour un parti, un mouvement, une idéologie ou religion, ou encore pour une patrie régionale et ethnique comme le Pays basque ou l’Alsace; d’autres se disent nationalistes ou souverainistes et ne dépassent pas l’horizon franco-français, même s’il apparaît bien étriqué et impuissant face à la mondialisation galopante. L’Europe n’exclut rien de tout cela, au contraire, elle peut réunir les aspirations et les êtres semblables, leur ouvrir son grand espace, fédérer ses peuples pour leur donner voix au chapitre dans les affaires mondiales… Les nations comme la France, sans parler des plus petites, n’ont plus la taille critique pour affronter les périls du monde, résister au plan politique, économique et culturel, à l’impérialisme des empires. À moins de faire elle-même partie d’un empire, le sien, le grand espace européen (Carl Schmitt), la France sera condamnée à servir un autre empire, comme elle le fait en ce moment même en Afghanistan (10). » Puis, en raison d’un nombre insuffisant d’abonnés et handicapée par le coût élevé des tarifs postaux, la revue arrêtera sa parution. Elle renaîtra cependant sur Internet, d’une part, grâce au site éponyme dirigé par Jacques Marlaud, et, d’autre part, avec Europe Maxima, le second étant de quelques mois plus ancien du premier. L’ultime travail placé dans le sillage de la défunte revue de la revue se matérialise en 2009 avec un ouvrage collectif, La patrie, l’Europe et le monde (11). Ce recueil contient des articles soit déjà parus dans L’Esprit européen, soit inédits. Pour l’anecdote, il a existé deux versions. En effet, la première mouture comportait des articles de Bernard Poignant, « On ne peut pas se dire patriote français et anti-européen », et de Henri de Grossouvre, « L’union franco-allemande et l’axe Paris – Berlin – Moscou, moteur de la plus grande Europe », qui s’en offusquèrent et exigèrent le retrait des exemplaires. Une seconde mouture parut quelques semaines plus tard sans les deux contributions contestées, remplacées par un article de Michel Lhomme, « Le mariage forcé de la Méditerranée ou la convergence du petit projet sarkozien et d’un grand dessein globalisant ».

En 2004, Jacques Marlaud publie un recueil compilant vingt années d’articles et d’entretiens : Interpellations. Outre la métapolitique et la géopolitique, il aborde d’autres sujets primordiaux (la médiologie, l’écologie, le paganisme), car il ne dissimule pas son « être-païen ». Pour lui,  le paganisme se présente « non comme croyance, mais comme pensée. […] “ Penser ” est pris ici dans deux acceptions : au sens de réflexion, méditation et au sens de préoccupation, souci et mémoire (12) ». Il le vit au quotidien, dans un cadre communautaire tant familial qu’amical (13). Il organise différentes festivités calendaires : réunions intimistes des solstices d’hiver, conviviale Fête de Mai ou grandes cérémonies solsticiales de l’été. Le samedi le plus proche de l’événement, il accueillait chez lui, dans sa propriété rurale forézienne ses invités et leurs familles. Des jeux collectifs traditionnels, soûle, tir à la corde, course-relais, chat perché, occupaient l’après-midi. Venait ensuite en début de soirée le repas, puis la nuit tombée, tous se retrouvaient autour d’un bûcher élevé les jours précédents par ses enfants. Après quelques mots, l’hôte donnait la parole au doyen, le plus souvent Robert Dun (pseudonyme de Maurice Martin) venu en voisin du Puy-en-Velay. Robert Dun prenait ensuite le premier flambeau et le jetait dans le bûcher. Placés aux trois autres points cardinaux, les plus jeunes participants déposaient à leur tour leurs torches. Puis l’assemblée entonnait des chants traditionnels et commençait à danser jusqu’au bout de la nuit. Les plus intrépides sautaient au-dessus du brasier ! La soirée était parfois perturbée par l’arrivée impromptue des pompiers, voire des  gendarmes … Tard dans la nuit, les plus fatigués se couchaient qui dans le hangar, qui dans leurs tentes, qui à la belle étoile. Le dimanche matin, après un substantiel petit déjeuner, tous remballaient chaises et tables, rangeaient le pré, balayaient les espaces communs, avant de repartir…

Au-delà des miasmes politiciens

Plus préoccupé par l’avenir des peuples que par l’écume politicienne, Jacques Marlaud pratiquait depuis longtemps la « grève des électeurs » chère à Octave Mirbeau. Il se défiait de l’action électorale et ne prisait guère le F.N. À l’occasion d’un droit de réponse en tant que président du G.R.E.C.E. au Nouvel Observateur, il écrivait à ce propos que « s’il est vrai que certains membres du G.R.E.C.E. ont choisi de s’engager dans ce parti ils restent minoritaires parmi nous […]. Attitude qui n’exclut pas d’éventuels points de rencontre ou de débats à l’avenir. Mais, pour l’heure, les divergences entre l’extrême droite et la “ nouvelle droite ” paraissent insurmontables (14) ».

Il est indéniable que le parti de Jean-Marie Le Pen l’agaçait, mais le celui de la fille l’indisposait tout autant du fait de son souverainisme nationiste désuet, de son républicanisme exacerbé et de son rejet de toute idée européenne. Estimant que « le nationalisme est une idée juive (15) », il jugeait que « le slogan nationaliste est, pour moi, une solution de facilité qui tend à désigner de faux ennemis et nous trompe sur les enjeux véritables (16) ». Dans ce droit de réponse de 1990, il développait des griefs toujours valables aujourd’hui : « 1. Le F.N. est imprégné de messianisme catholique incompatible avec notre conception païenne. 2. La doctrine identitaire du F.N. se résume à un nationalisme étroit franchouillard, alors que nous sommes Européens […] avant d’être Français. 3. Le F.N. s’oppose aux mosquées, aux tchadors… Nous sommes pour le droit imprescriptible des peuples à rester eux-mêmes, sur notre sol ou ailleurs. 4. L’humeur sécuritaire et identitaire à fleur de peau des frontistes cache leur absence de projet de société et de comportement en rupture avec la société marchande que nous avons toujours dénoncée comme “ système à tuer les     peuples . 5. Le caporalisme en vigueur dans ce parti est inconciliable avec notre conception libertaire et aristocratique […] de l’excellence (17). » Ces désaccord majeurs ne signifiaient toutefois pas une adhésion au mondialisme et au métissage, car, selon lui, « le danger n’est pas la construction de quelques mosquées sur notre sol, mais bien plutôt l’accroissement constant de populations déracinées, sans foi ni loi, quelle que soit leur couleur ou leur nationalité d’origine. Ces populations, victimes comme nous-mêmes du système marchand, ne sont pas nos ennemies (18) ».

Jacques Marlaud s’affirmait Européen, voire archi-européen, tout sensible qu’il était à l’arkhein. il comprenait l’Europe comme une civilisation variée, enracinée et aristocratique. « L’aristocratie au sens originel, grec, c’est le gouvernement des meilleurs, le sens de l’honneur, de la parole tenue, de la fidélité aux siens, l’esprit du don de soi à une cause qui dépasse nos petites individualités, l’esprit civique à la romaine : le sens du devoir, un intérêt aussi passionné que désintéressé, pour la politique, la cité et son gouvernement. L’aristocratie ne s’oppose pas à la démocratie, contrairement à un préjugé répandu : la démocratie athénienne, par exemple, était avant l’époque des tyrans, une aristo-démocratie. Sa vertu de référence (virtù = courage viril) était l’excellence. À l’opposé des valeurs aristocratiques, on trouve la ploutocratie : le règne de l’argent […]. Pour résumer le principe aristocratique, rien de mieux que cette critique de la devise républicaine par Ghislain de Diesbach dans son Petit dictionnaire des idées mal reçues : “ Il n’y a de véritable égalité que dans l’esclavage, et de liberté que dans une hiérarchie. Il n’y a de fraternité que celle des armes (19). »

Définir l’ennemi principal

Dès 1991, il envisage dans un numéro de Nationalisme et République « De la nation à l’empire : repenser l’Europe » dans lequel il réactive le concept prometteur des trois patries enchâssées. « Il convient [de] retenir trois niveaux qui correspondent, en gros à la tripartition fonctionnelle de l’univers mental indo-européen : une base  “ familiale – tribale ” constituée par la région organique, une médiastructure politique, correspondant aux États-nations actuels, une instance suprême, impériale et sacrée, réunissant les peuples autour de l’héritage culturel et géopolitique partagé (20). »

À l’encontre des fiévreux prurits nationalistes, cet Européen de France soutient « le droit à la différence face à une modernité foncièrement égalitaire (21) ». Si « l’indifférence et son produit, la société indifférenciée, asservie aux impératifs de l’économie totalitaire et insensée caractérisant le nihilisme, sont les avatars contemporains du monothéisme (22) », il conçoit le paganisme en recours salutaire au nihilisme propre à la modernité. Opposant résolu au « cauchemar américain (23) », il estime à juste titre que « la guerre culturelle contre le modèle américain est une priorité pour tous les peuples qui veulent survivre en tant que tels, c’est-à-dire pour maintenir et affirmer leur droit à la différence (24) ».

Lecteur attentif de Carl Schmitt, Jacques Marlaud désigne donc l’ennemi principal, cet « ennemi véritable [qui] est celui qui nous corrompt de l’intérieur, qui propage la décadence de tout ce qui est noble : l’homo œconomicus qui se forme et se vend selon les lois du marché auto-régulé, qui méconnaît et broie les peuples, qui rejette les communautés fières de leurs origines, bannit les clans fidèles au code vieux jeu de l’honneur et à une poésie démodée de la beauté. L’ennemi principal ne peut être que celui qui, sans cesse, tente de nous éloigner de nous-mêmes (25) ».

C’est dans cette perspective audacieuse qu’il coulait ses réflexions dans la métapolitique. « On entend dire parfois que cette métapolitique est une façon de chercher la respectabilité, alors qu’elle est une critique radicale des préjugés, des illusions de la modernité. On nous objecte aussi que ce n’est qu’un ensemble d’élucubrations intellectuelles coupées des réalités concrètes. Nous répondons que, sans appui sur une réflexion bien mûrie, tout activisme n’est qu’agitation stérile. Nos ancêtres le savaient qui faisaient du trio “ Pensée-parole-action ”, dans cet ordre, la caractéristique du comportement héroïque et divin (26). »

Toute sa vie et en dépit des vicissitudes, Jacques Marlaud tâcha de ne pas s’éloigner de lui-même et des siens. Il agit en permanence en « “ guerrier de l’idée ”, fuyant les sectes, les chapelles, les clans, les mouvements ou partis. Lié par nos anciens combats et une vieille amitié (45 ans !) à Alain de Benoist et la N.D., je suis resté passionnément engagé, au-dessus de la mêlée des fractions, dans la bataille (métapolitique) pour une haute idée de l’Europe, aristocratique, renouant avec sa plus longue mémoire, dégagée des impasses de la modernité où l’on voudrait l’enfermer, libérée de toute culpabilité à l’égard d’un péché originel, ou beaucoup plus récent, qui lui est jeté à la figure dès qu’elle relève la tête afin de lui courber l’échine et de l’abattre (27) ». Un proverbe chinois dit qu’un homme s’accomplit seulement s’il plante un arbre et écrit un livre. Jacques, lui, a planté des arbres dans sa propriété, eut des enfants et rédigea des essais. Sol, sang et esprit, telle fut la trinité fondamentale de ce combattant métapolitique qui a toujours su tenir ses positions.

Georges Feltin-Tracol

Notes

1 : Jacques Marlaud, Nietzsche : decadence and superhumanism, Pretoria, Unisa, 1982.

2 : Jacques Marlaud, Le renouveau païen dans la pensée française, Paris, Le Labyrinthe, 1986, réédition avec une préface inédite de l’auteur, par les Éditions de L’Æncre, Paris, coll. « À nouveau siècle, nouveaux enjeux », 2010.

3 : Jacques Marlaud, « Libérons l’Europe de l’Ouest ! », dans Le Monde, 27 février 1990, repris dans Jacques Marlaud, Interpellations. Questionnements métapolitiques, Coulommiers, Dualpha, 2004, pp. 57 – 61.

4 : Bernard Notin, « Le rôle des médiats dans la vassalisation nationale. Omnipotence ou impuissance ? », dans Économies et sociétés, « La France vassale », août 1989, pp. 117 – 133.

5 : Sur l’affaire Notin, cf. David Barney, Charles Champetier, Christian Lavirose, La Nouvelle Inquisition. Ses acteurs. Ses méthodes. Ses victimes. Essai sur le terrorisme intellectuel et la police de la pensée, Paris, Le Labyrinthe, 1993, pp. 113 – 117.

6 : Jacques Marlaud, Comprendre le bombardement de New York. Contre-enquête, Lyon, Éditions du Cosmogone, 2001.

7 : Jacques Marlaud, Comprendre…, op. cit., p. 52.

8 : Idem, p. 65.

9 : Id., p. 41.

10 : « Vous avez dit : métapolitique ? Entretien avec Jacques Marlaud », mis en ligne pour Novopress, le 9 octobre 2008.

11 : Pierre Le Vigan et Jacques Marlaud présentent, La patrie, l’Europe et le monde. Éléments pour un débat sur l’identité des Européens, Coulommiers, Dualpha, coll. « À nouveau siècle, nouveaux enjeux », 2009.

12 : Jacques Marlaud, Interpellations, op. cit., p. 444.

13 : Sur la vision païenne de Jacques Marlaud, on peut l’écouter grâce à Internet dans l’émission « Méridien Zéro » n° 49 du 15 mai 2011 concernant «  Le recours au paganisme ». Jacques Marlaud fut parfois l’invité à quelques libres-journaux de Radio Courtoisie.

14 : Jacques Marlaud, « Le G.R.E.C.E. et le F.N. », dans Le Nouvel Observateur, 17 mai 1990.

15 : Jacques Marlaud, Interpellations, op. cit., p. 301.

16 : Idem, p. 304.

17 : Jacques Marlaud, « Le G.R.E.C.E. et le F.N. », art. cit.

18 : Jacques Marlaud, Interpellations, op. cit., p. 304.

19 : « Vous avez dit : métapolitique ? », art. cit., souligné par l’auteur.

20 : Jacques Marlaud, « De la nation à l’empire : repenser l’Europe », dans Nationalisme et République, n° 4, printemps 1991, repris dans  Interpellations, op. cit., pp. 171 – 172.

21 : Id., p. 146.

22 : Id., p. 150.

23 : Id., p. 152.

24 : Id., p. 153.

25 : Id., pp. 156 – 157.

26 : « Vous avez dit : métapolitique ? », art. cit.

27 : Idem.

Imprimer ce message Imprimer ce message

Pensées pour mes enfants, mes amis. Aventure, Empire, Véridicité par Jacques MARLAUD

31 août 2014

Il s’agit du dernier texte écrit par Jacques Marlaud, le 6 mai 2014, et modifié le 11 juin suivant.

*

**

Les années passent et le temps qu’il me reste à vivre se rétrécit. Bientôt je ne serai plus que cendres et souvenirs pour mes intimes. Puis ces reliques seront avalées par le grand dévoreur Temps. Certes, le sang que j’ai transmis aux miens, les idées que j’ai partagées avec vous, ou avec d’autres, continueront leur chemin sans moi, sans que nul n’en puisse connaître le sort ultime. Je ne peux que leur céder le passage désormais, mais vous les survivants aurez encore affaire à eux quelques temps de près ou de loin, qu’ils vous importent ou non… Mais moi, je ne serai plus là pour les voir grandir ou mourir, pour les élever ou les corriger, ou pour dire, tout simplement ce que j’en pense, ni pour entendre ce qu’on en dit. Bref, tout cela ne m’appartiendra plus, ni dans la filiation, ni dans l’amitié, et, à part souhaiter longue, prospère vie et perpétuation à ces bribes de moi, à ces bribes dont je fus juste avant de partir, je n’y puis plus rien. Une préparation à la mort bien conçue ne peut être qu’un détachement progressif des possessions vitales, charnelles, matérielles, intellectuelles ou livresques pour ne plus se concentrer que sur l’essentiel. À quoi bon désormais tous ces livres poussiéreux qui ont compté en leur temps, y compris les miens ? Qu’ils brûlent ou se dispersent dans des vide-greniers, des pucelles… Prenez et lisez-en tous si vous voulez, ceci fut mon sang, ma passion (voyez les annotations) ou simple distraction… Ceci fut, ce n’est plus. Sans doute, ces recherches et ces combats sont encore les miens et je n’en renie pas la moindre parcelle avant mon départ, mais, étant trop liés à des circonstances locales et temporelles qui ne sont plus, ils ne pourraient revivre que dans un roman, or je n’en ai pas l’inspiration ni, sans doute, le talent. Non, tous ces détails usés, tous ces enjeux passés, ces luttes épuisées, ces idéaux si vivants naguère, si pâles, adultérés, anéantis ou trahis aujourd’hui, doivent être balayés pour ne laisser que l’essentiel, la trame épistémique, éthique et esthétique qui a guidé mes pas dans ce petit monde que je suis sur le point de quitter pour rejoindre le fond cosmique dont je suis sorti, dont nous sommes tous les brèves émanations.

Jacques Marlaud

Copyright © 2009 tous droits réservés. Propulsé par WordPress Abonnez vous au flux RSS. Traduction WordPress tuto.